Le portrait chinois de mon année 2018

Ce genre d’article fleurisse sur la blogo, et même si on peut frôler l’overdose, tanpis je fais le mien, juste pour moi, garder une trace de cette année si particulière qui est passée telle une fusée mais qui va laisser une trace indélébile dans ma vie : un enfant !

Je ne vais pas être très créative, je vais « voler » un format qui m’a beaucoup plus chez Maman de 4 – mais j’ai demandé son consentement. Je vais vous faire revivre mon année en mode « portrait chinois ».

Et mercredi -oui oui oui il y aura un article mercredi – je vous parlerai de mon inspiration pour mon année 2019. Comme ça on clôt le chapitre et on repartira lundi sur un article plus « parentale » avec les 5 mois de Pantouflette – déjà !

Mainteannt que vous savez tout ! Let’s go !

Si mon année 2018 était :

un animal, ce serait : un hippocampe devenant un kangourou ! Et oui, mon ventre a grossi grossi grossi, mais comme un hippocampe de dos, on peinait à me deviner enceinte. Et puis j’ai accouché, à partir de là je me suis transformée en kangourou, avec mon porte-bébé de compèt (le Boba 4G) je me baladais avec Pantouflette : à la maison, en ville, à la plage. Même si le temps d’installation lui déplaît, elle ne peut pas nier que les 30 secondes suivantes sont apaisantes : un soupir plus tard les yeux se ferment et Morphée l’accueille pour un somme contre le cœur de Maman.

un voyage, ce serait : la Croatie et la Guadeloupe. La Croatie, notre dernier voyage à deux, même si Pantouflette était déjà là depuis 5 mois et demi. J’ai tellement apprécié ce break, j’ai pu marcher, nager et profiter ! Doudou également ! On était au top ! La Guadeloupe, forcément LE premier voyage de Pantouflette. Comme à son habitude, elle a été calme, posée, observatrice. Un voyage qui nous a fait sentir parents mais qui ne nous a jamais posé de soucis d’organisation

une série télé, ce serait : Les Demoiselles du Téléphone. J’ai adoré cette série ! Tout comme j’ai adoré : You, Plan Coeur. Si  Jane the Virgin, Elite, 13 reasons why, LA casa de papel ainsi que The 100 et Under the Dome ont occupé mes journées The Crown a été complétement zappé par une autre série au bout de 3 longs épisodes… A voir si je la reprend.

un livre, ce serait : Le Gang des Rêves de Silvio Di Fulvio. J’ai commencé mon année 2018 avec cette lecture et je l’ai adoré. J’ai adoré que ce soit un gros livre pour profiter encore et encore des personnages. Il a été compliqué pour moi que retrouver un livre à la hauteur derrière celui-ci. Il est tellement dure mais tellement intense. Une claque littéraire dans un genre d’écriture où je m’aventurais très peu.

un objet, ce serait : des lunettes de soleil et un chapeau. Nous avons eu un super été et de superbes journées d’automne. J’ai profité de ces deux accessoires durant la totalité de mon congé de juin à fin novembre. J’aurai pu ajouté un biberon, une poussette ainsi que ma nouvelle voiture … Mais non je pense que cette année, est caractérisée par ces lunettes de soleil et de mon sourire profitant de la chaleur des rayons de soleil en fin d’après-midi.

une chanson, ce serait : Chupee de Cocoon. LA musique de Pantouflette. La musique avec laquelle nous l’avons accueillie, celle avec laquelle nous avons passé une bonne partie de notre 1er de vie à trois. Clairement Cocoon fait partie intégrale de notre vie, pour un bain, un temps calme, un gros chagrin à apaiser. La douceur de ces albums résume bien notre vision de la parentalité. Et si j’ai le bonheur de tomber dessus à la radio alors que les 2 chéris ne sont pas avec moi, je souris (bêtement) et je peux même avec une petite larme d’émotion au coin de l’oeil.

un chiffre, ce serait : 3. Notre nouvelle famille. Nous 3 ! Comme les 3 Mousquetaires. On profite, on joue, on s’aime et on est tellement bien quand on est ensemble. (Olalala, les hormones sont toujours présentes apparemment)

une boisson, ce serait : la Tourtel. Citron, Framboise, Pêche … Peu importe. Elle m’a accompagnée durant ma grossesse, m’a faite vibrée pendant la coupe du monde, m’a tenue compagnie aux apéros / barbecue de l’année. Et notre histoire d’amour ne s’est pas terminé à la naissance de Pantouflette, elle perdure quand je suis SAM !

un sport, ce serait : le tricot . Comment ça c’est pas un sport ! Les poignées fonctionnent à fond et ça demande de la dextérité. Une « belle » couverture est née de cette découverte et je pense réitérer pour la future naissance d’un bébé très proche.

une émotion, ce serait : la positive attitude Merci Lorie ! Je ne me pourris plus mes journées avec une prise de becs qui a duré 10 minutes. Je me concentre sur les 23h50 qui sont autour. Et franchement c’est un vrai sentiment de bonheur ! Bye bye le stress ! Bonjour le sourire et les bonnes rigolades.

Alors vous en dites quoi de cette année 2018 ? Et la votre en un seul mot ça donne quoi ?

images

 

Publicités

Qu’est devenu mon « Projet de Naissance » ?

Pour les 1ers lecteurs, vous l’avez lu, vous l’avez commenté etc. Mon projet de naissance a suscité beaucoup de réactions, toutes très intéressantes. Je me suis dis qu’il serait bon de faire un point et voir s’il a été respecté dans les grandes lignes !

On va faire simple, en italique ce sera mon projet et en dessus mes commentaires . Let’s go !

Dans les grandes lignes.

  • Avoir une liberté de mouvement pendant le maximum de temps
  • Doudou doit être avec moi tout au long de l’accouchement
  • Le bien-être et le confort de notre bébé soit privilégié (de manière naturelle ou pas)
  • J’aimerai avoir accès à un ballon et mon coussin de maternité sur un fond de musique (Playlist que j’aurais faite au préalable, écouter et réécouter que Mini-Doudou connaîtra par cœur avant même sa sortie lol)
  • J’aimerai garder la possibilité de me restaurer
  • Doudou fasse le peau à peau avec Mini-Doudou (en musique évidemment)
  • Si je pouvais avoir le moins de toucher vaginaux possibles, ça serait génial et si ceux-ci sont effectués toujours par la même personne cela serait juste génial.

Pour la liberté de mouvement, on repassera oui et non. Je suis arrivée à la maternité à 6h30 après 3h de contractions – on m’avait dis « allez-y après une heure de contractions toutes les 5 minutes, les 2 premières heures les contractions étaient espacées de 8 minutes, j’ai pris un bain et la bim, contractions toutes les 3 minutes et perte des eaux. Je suis donc arrivée avec un col a 5cm et on m’a posé la péri à 7h.

Doudou a bien été là durant TOUUUUUT l’accouchement, bravo à lui !

Le bien-être du bébé a été privilégié : épisio et forceps. Le cœur de Pantouflette faisait du yoyo pendant la poussée. Normal, elle avait deux tours de cordons. Papa n’a donc pas pu non plus coupé le cordon … Dommage, mais c’est comme ça

Vu la rapidité des événement, le ballon j’ai pas eu le temps. Par contre j’avais un coussin de maternité avec moi – bien sympa pour se caler sur le lit d’accouchement. ET la playlist, il y avait de la musique dans la salle d’accouchement et elle me plaisait plus bien. Pantouflette a donc vu le jour sur « Marilyn et John » de Vanessa Paradis et « Le premier jour du reste de ta vie » de Étienne Daho. La 1ère parle d’une création de chanson autour d’un mariage d’une étoile et d’un lion, Pantouflette est lion, et la 2nde le titre parle de lui même. J’aime bien ces coïncidence.

Pour la restauration, j’avais vraiment pas faim. J’avais tout de même manger 2 bananes avant de partir de la maison … je les ai vomi un peu plus tard, une fois la péri posée. Par contre, je n’ai pas eu le droit de boire et franchement ça c’était dur – d’où mon conseil de tester le gout de son brumisateur en faisant sa valise de maternité.

Doudou n’a pas fait le peau à peau. Il est préconisé que ce soit la Maman qui le fasse, alors je l’ai fait en même temps que la tétée d’accueil. Mais Doudou était juste à coté de nous, émerveillé par sa nouvelle princesse.

J’ai eu très peu de toucher vaginaux car tout à été très vite. J’ai eu deux sages-femmes – étant arrivée à la relève- puis le gynéco dont la présence était obligatoire car Pantouflette était estimée à + de 4kg, ce qui s’est avéré vrai – Elle faisait 4,440kg pour mémoire 😉

Aide médicale.

  • J’aimerai que tout se passe naturellement, mais si cela dure longtemps et que le bébé ou moi-même en souffrons, je suis ouverte à l’injection d’ocytocine par exemple.
  • Je n’ai pas peur des piqûres et si la péridurale peut me soulager je l’accepte à bras ouverts.
  • Cependant, je suis à l’écoute des conseils que les sages femmes pourront me donner pour me soulager avant qu’elle soit poser et je mettrais en action ce que j’aurai appris en haptonomie ou pendant mes cours de préparation à l’accouchement.
  • Pendant la pose de la péri, la présence de Doudou sera en fonction de ses sensations du moment – pas besoin de soutien je suis une warrior, par contre :  pas envie de le récupérer dans les pommes !

Je n’ai pas eu de déclenchement, l’accouchement s’est déclenché naturellement 12jours avant la date du terme.

J’ai eu ma péridurale. l’anesthésiste était un gros con mais bon on m’avait prévenue. « VAs falloir se détendre Madame » « Je peux pas j’ai une contraction » « OH ben à un moment faut y aller hein » … Je lui aurai bien cracher à la gueule en lui disant que la contraction dure ne moyenne une minute …ET une fois posée, il me balance « C’est comme ça qu’on fait des connerie ». Me laissant dans l’interrogation : vais-je avoir besoin d’un blood-patch à la suite de cette péri ? La question est pas restée longtemps dans ma tête, j’allai devenir Maman et j’étais contente ! Et aucune complication est venue embêtée par la suite.

Pas eu le temps de mettre en place les conseils de mes sages-femmes, tout a été trop vite. Doudou a presque été déçu de ne pas avoir eu la possibilité de mettre en action l’hapto. Personnellement, je me dis que c’est aussi tous les trucs du quotidien où il jouait avec Pantouflette encore dans mon ventre qui a fait qu’elle soit descendue rapidement, que mes ligaments étaient détendus etc …

Doudou n’était pas là pendant la pose de la péri et tant mieux vu comment cela s’est passé.

Accouchement.

  • Je souhaite en salle d’accouchement une lumière douce, apaisante et respectant mon intimité (Dehors, les gros projo sur ma zone d’action)
  • J’aimerais dans la mesure du possible éviter les forceps et la ventouse.
  • Si je peux passer à coté de l’option Episio, j’apprécierai.
  • Je souhaite être guider par le corps médical de façon bienveillante (me félicitant quand c’est bon, et me recadrant calmement si nécessaire – ça le sera sans doute en connaissant face à la douleur)
  • J’aimerai éviter qu’on presse sur mon ventre pour expulser le bébé s’il n’y en a pas besoin – Je ne suis pas un tube de dentifrice !

Niveau luminosité, on était bien. Pantouflette a commencé à m’avertir de son arrivée assez tôt, on est partis à la mater avec le levée du soleil. L’accouchement s’est déroulée à midi à la lumière du jour.

Les forceps et l’épisio, j’ai pas eu le choix. Le coeur de Pantouflette était taquin. Je n’ai pas vécue cela comme une amputation ou autre, juste comme une évidence face à l’arythmie cardiaque que présentait ma fille.

J’ai eu la chance d’avoir un personnel soignant génialissime ! Humain, papotant de tout, aux petits soins. On avait de réels temps de discussions avec nous. Je ne sais pas si ce bonheur est du à la petite taille du service – on était deux à accoucher ce jour-là. Ca a rendu le moment encore plus sympa, car ça nous tenait à coeur de connaitre un peu les personnes avec qui on allaient mettre notre enfant au monde.

Arrivée de bébé

  • J’aimerais garder ce fond de musique que bébé connaîtra afin qu’il « connaisse » un peu l’extérieur
  • Le peau à peau sera avec Doudou, afin qu’il prenne le temps de connaître notre petite merveille pour de vrai et plus avec mon ventre entre eux deux !
  • La tétée d’accueil, je ne sais pas encore. Ne souhaitant pas allaiter, je ne souhaite pas « éveiller » une frustration pour le bébé du genre « c’était cool ? c’est con mais c’est fini 😀 »
  • Je souhaite faire don du cordon à la recherche. C’est une cause qui me tient à coeur dans la lignée de mes dons de plaquettes et plasma régulier ( hors période de grossesse évidemment)

Pour la musique comme je vous l’ai dis. On a gardé la musique de la mater. Elle n’a pas eu l’air déboussolée. Même si elle n’a pas respiré de suite, je doute que ce soit du à la musique qui n’était peut-être pas à son goût.

Le peau à peau a été fait par moi comme je vous l’ai dit. mais la présence de Doudou était belle et bien là. Tout heureux de sa merveille.

La tétée d’accueil je l’ai faite. Car à la fin de ma grossesse le choix de ne pas allaiter n’était plus vraiment si clair. Je m’étais donc dit que je faisais la tétée d’accueil et voir si la magie opérée. La magie n’était pas là … Je n’ai pas eu mal, ni autre … Juste j’ai pas accroché … Nous sommes donc devenus amis avec le biberon.

Pour le don de cordon, je vous avoue que c’est mon regret. Je n’en ai pas parlé. J’étais tellement focalisée sur mon accouchement qui est arrivé plus tôt que prévu et c’est passé assez rapidement que j’ai zappé … Dommage.

En cas de césarienne.

  • Je souhaite que le papa soit là à nos côtés à tous moments et rester consciente (quoiqu’en bien shooter, soyons francs)
  • Le peau à peau avec son papa sera également fait après les soins.
  • En salle de réveil, j’aimerais avec la présence de mon mari et de notre bébé si possible.

Pas de césarienne, mais bien un accouchement par voie base pour un 1er bébé de 4,440kg – oui je me répète.

Séjour à la maternité.

  • Je souhaite une chambre seule, claire et avec 2/3 chaises pour mes visites
  • J’espère ne pas devoir confier Mini-Doudou à la nurserie, mais suivant ma fatigue j’y céderai peut-être.
  • Pour l’apprentissage des soins (bains, couches, nettoyage du cordons) nous souhaitons le faire avec le Papa dans le calme toujours avec notre musique de fond. Que tout le monde trouve ces marques dans le calme
  • Si des examens sont nécessaires sur Mini-Doudou, nous souhaitons être présents lors de ceux-ci.

J’ai bien eu ma chambre seule, avec une chaise et un fauteuil. Il manque donc deux chaises à l’appel. Mais elles m’ont pas du tout manquée. Limite parfois je regrettais d’en avoir une, quand la visite de quelqu’un se prolongeait.

Pantouflette n’a pas été en nurserie du tout. Doudou est resté dormir avec nous toutes les nuits et ça a été un réel confort. On était au top tous les 3 ensemble !

Pour l’apprentissage à trois et en musique, tout a été nickel. Les puéricultrices avaient vraiment le temps de rester avec nous. Il n’y avait que 7 chambres d’occupées, et donc on sentait qu’elles étaient zen au niveau du timing.

Nous n’avons pas lâché Pantouflette de tout le séjour. Nous avons donc été là pour toutes les interventions, Guttry, test diabète -du à son poids- …

Soins et Allaitement.

  • J’aurais mes propres produits pour bébé, mais je serai à l’écoute de conseil si un des produits n’est pas adapté.
  • Je ne souhaite pas allaiter.

Au final, j’ai fait avec les produits de la maternité. C’était plutôt bien.

Et je n’allaite pas, j’ai apprécié que mon choix soit accepté par l’équipe qui n’a eu aucun propos moralisateur ou malvenu.

file_main_image_14091_1_grossesse_cache_640x360

« T’es écœurante ! LOL »

Ou c’est « C’est injuste ». Ces phrases, je l’entend « fleurir » autour de moi depuis quelques semaines. Elle est généralement précédée par :

« Tu as eu une grossesse idyllique, un accouchement au top, un bébé super sage, et en plus tu as retrouvé ta taille fine. T’es écœurante »

Au début, je l’accueillais avec le sourire parce que les personnes le disent souvent sur le ton de la vanne et puis j’avais une certaine fierté en face de ce constat qui était quand même assez réjouissant.

Aujourd’hui, j’ai un peu plus de mal. Je ne réfute pas le fait que tout ce soit bien passé et que j’ai de la chance mais pour moi c’est le résultat aussi d’un état d’esprit positif et peut-être un peu d’organisation – coté santé tout allait bien évidemment, ça aide. Mais n’oublions pas que ce blog était là pour m’aider à prendre conscience de ma grossesse et des changements qui allaient se produire. Donc au début, j’ai quand du m’y faire à l’idée de cette grossesse – certes souhaitée mais ça fait toujours bizarre non ? Et puis on en sait pas trop ce qui nous attend.

Je ne me suis jamais considérée comme « malade » en étant enceinte. J’ai mis en place des choses pour que tout ce passe bien :
-des siestes régulières tous les jours pour contrer la fatigue,
-des séances de natation contre les maux de dos,
-des séances de papotages avec les copines pour le moral,
-des repas équilibrés pour ma santé et celle de bébé – et arrêter les choses trop acides pour ne pas avoir de nausées, moi qui adore le pamplemousse et les oranges pressées habituellement.

Nous avons aussi fait nos fameuses séances d’hapto (les résumés ici et ) pour que Papa prenne sa place durant ma grossesse, qui a su me relaxer, recentrer mon bassin quand y’avait besoin et qui a réellement tissée une relation Père-Fille. Papa le dit ouvertement aujourd’hui, ces séances lui ont permis de se sentir de suite à l’aise avec Pantouflette. Il n’a pas eu d’appréhension en la prenant pour la 1ère fois dans ces bras, ni en changeant la 1ère couche. Il la connaissait déjà et savait comment la « toucher », la prendre et la dorloter. Et ça a contribué à cette zenitude qui se dégage de notre petite famille, en plus du fait qu’il soit resté à notre côté le 1er mois de Pantouflette ! Royal !

J’ai parfois également l’impression que le fait que tout ce soit bien passé mais une barrière avec les futures mamans fatiguées par leur grossesse. J’entend de leur part « Tu peux pas comprendre ». Je ne sais pas où, ni comment me positionner. Je n’ai pas envie de « donner des conseils » sans qu’on me le demande clairement et me retrouver dans le rôle de la moralisatrice ou de Madame Je-Sais-Tout.

Dimanche dernier, ma belle-soeur -pas du tout enceinte- me lance un « Tu me filerais presque des complexes, tu es déjà plus fine que moi ». Certes, mais est-ce que c’est de ma faute ? Ce n’est pas de la sienne non plus. Les choses sont tellement qu’elles sont et puis c’est tout. ce genre de phrases ont en plus aucune valeur ajoutée, bref une phrase encore anodine mais qui raisonne quand même en moi. Comme si je devais m’en excuser …

Ces situations sont de plus en plus récurrentes. Je sais bien qu’il ne faut pas que je cède à la culpabilité, mais c’est parfois tentant.

Tout comme cette amie qui souhaite changer de travail à qui j’expliquais que je ne savais pas comment j’allai réagir en rentrant à 20h et à qui j’ai annoncé quelques jours plus tard qu’une entreprise venait de me faire une proposition par mail via un célèbre réseau pro en ligne, elle m’a répondu « Ça ne m’étonne pas, tu as toujours de la chance. Moi, ça m’arrive jamais ce genre de chose ». Certes, mais j’ai toujours un cv à jour dans ma clé USB, mon profil pro est à jour que les réseaux et particulièrement bien étoffé sur les missions que je réalise au quotidien, ce n’est pas noté « en recherche » mais ça ne m’empêche pas de passer 1 fois par jour pour regarder les offres -même quand je ne suis pas en recherche, juste par curiosité … Contrairement à elle, qui avant de partir en congé maternité c’était promis de faire tout son possible pour ne pas revenir mais qui n’a pas su se dégager du temps pour faire le nécessaire, elle m’a d’ailleurs demandée ce que je mettrai pour détailler son poste et dans quoi je la verrai. Je veux bien aider mais je suis pas Pole Emploi non plus ! C’est à chacun de trouver sa motivation.

J’aime pas cette image de Madame Parfaite, je ne suis pas cette personne. Je galère aussi à calmer Pantouflette quand je ne trouve pas ce qu’elle a et qu’elle pleure jusque 23h sans cesse à m’en couper l’appétit le soir. Je suis aussi fatiguée de ma journée. Je m’ennuie parfois dans mon congé maternité. J’ai aussi des tensions avec mes beaux-parents sur l’éducation de ma fille. Je cherche des occupations autres que la TV et la lecture quand Pantouflette dort. Elle fait ces nuits, mais il y a parfois des ratés et elles se réveille de temps en temps à 4h du matin – d’où parfois quelques commentaires bien matinaux sur vos blogs. Et j’ai sans doute retrouvé ma ligne rapidement car je ne prend pas le temps de manger le midi et que je passe mon temps à faire le ménage, à ranger, à me promener en poussette pour apaiser Pantouflette en début d’après-midi. J’ai aussi ces deux étages à monter avec le cosy ou la poussette – ce qui m’a amenée chez l’ostéo, j’avais des décharges en bas de la nuque du à un blocage total de mon omoplate à droite …

Écrire cet article me fait du bien. Avant, je m’en voulais presque. Mais au final, je pense que c’est sans doute mon coté « qui voit toujours le verre à moitié plein » qui me donne cette image de bonheur parfait et de wonderwoman … Alors que derrière, ce n’est pas toujours ça, mais je n’aime pas m’appesantir sur les difficultés et les côtés les plus sombres. Je préfère donner de l’importance aux sourires de ma fille, à ces yeux qui se remplissent de découvertes aux fils des jours, à ces temps où j’arrive à m’épanouir en congé mater, à tenir ce blog et échanger avec vous ici ou sur les votres, aux nuits complètes, à ces moments où Papa me laisse me coucher tôt pour me reposer et s’occuper de sa fille toute la soirée avec ces yeux qui étincellent de fierté. Et vous savez quoi ? Je ne compte pas changer cette facette de ma personnalité qui me permet de garder que le positif et de rester de bonne humeur – même quand je suis fatiguée que j’ai mal à la nuque et que je crève la dalle … Un sourire de Pantouflette et c’est reparti !

Vous avez aussi traversé ce genre de moment ?

glass-half-full-7398.jpg

Pour ceux qui se demandent où ça en ai pour mon changement de poste, ça suit son cours, les 2 1ers entretiens ont été concluants. J’en ai passé un nouveau jeudi dernier avec la responsable qui a fait la même formation que moi. Le courant est bien passé. Résultat dans 2/3 semaines ! On croise les doigts.

Vers un nouveau départ pro ?

Commençons simplement : j’aime mon boulot ! On aurait aborder le sujet à mon départ en congé maternité, il n’y avait aucun doute sur le fait que je revienne fin novembre, pas l’ombre d’un doute !

Aujourd’hui, le temps passe et Pantouflette me fait craquer. Tellement craquer que je me rend compte qu’elle me manque presque quand elle dort dans sa chambre -#MamanPoule … Alors ce job, je l’aime ! MAIS … il me fait rentrer à 20 heures !!! 20 heures !!! Comment je vais survivre ? Franchement !

Alors petit à petit, j’ai pensé au 80% … Et puis pourquoi pas changer de job … On verra à la reprise  !

ET LA !

Un mail ! Un mail de proposition dans une nouvelle entreprise … Je suis curieuse, alors je choppe l’opportunité et j’annonce de suite la couleur (comme la dernière fois). Oui je suis à l’écoute de nouvelles propositions, mais je suis en congé maternité.

La chargée de recrutement me propose un 1er entretien pour présenter le poste. Il m’intéresse. Et mon profil l’intéresse ! On fait un 2ème entretien téléphonique concernant mes motivations… L’aventure continue ! Je fais les tests psychologiques.  Je reste dans la course ! La semaine prochaine, je rencontre le Directeur d’activité et la Responsable d’activité.

Alors est-ce qu’un nouveau départ professionnel se profile ?

Peut-être, j’espère ! Car depuis je ne me vois plus du tout finir à 20h. Alors certes, ce poste est à quasiment une heure de route de mon domicile actuel MAIS il me fait quand même rentrer à 18h et 2 heures de gagner avec Pantouflette, ça n’a pas de prix – à part celui de l’essence que je vais consommer en plus.

En plus de cette fameuse heure, c’est une grosse entreprise, donc une belle ligne sur mon CV avec un très joli poste à la clef.

J’adore ma petite société familiale. Elle m’a redonné confiance en moi, elle m’a apprise ce que c’était la reconnaissance professionnelle. Si, l’aventure prend forme, ce sera un crève-coeur d’annoncer à mes directeurs mon départ. Mais je suis devenue Maman et mes priorités ont changé.

Et vous ?  La maternité vous a-t-elle fait vous interroger sur votre avenir pro ? Vous vous êtes déjà retrouvés dans cette situation ?

bdf8b22c5a6152be1c3e4de23e0d7b10

Ces choses dont je m’attendais pas après mon accouchement

Je pense que c’est le bon moment pour parler de ce qui m’a surprise durant ce mois. Alors j’annonce de suite, les points qui vont suivre ne sont que mon humble avis, nous sommes toutes différentes et chacun vit les choses à sa façon. Pour ceux qui me suivent depuis quelques temps, vous connaissez un peu ma philosophie : je prends les choses telles quelles viennent, j’essaie de prendre dans toutes les situations le positif. Et vous savez aussi que j’ai eu une grossesse très cool, un accouchement sympa et un papa très présent dans ce 1er mois – il n’a repris le travail que lundi dernier.

  • On saigne oui, mais pas tant de temps que ça

On commence par le plus glam ! Personnellement, je m’attendais à saigner plus mais moins longtemps. Et encore apparemment je suis une chanceuse les saignements se sont arrêtés environ 3 semaines après, avec une grosse « accalmie » au bout d’une semaine et demi. J’ai utilisé les grosses serviettes uniquement à la mater – et ça m’a bien suffit !

  • L’épisio c’est plus douloureux à la maison qu’à la mater

A la mater, j’étais trop happy ! Moi avoir mal, pfff non non non, tout roulait. Par contre en rentrant à la maison, le désenchantement ! J’étais ravie de voir la sage-femme du PRADO deux jours après ma sortie ! Help meeeeeeeeeeeee ! Sa solution : anti-inflammatoire, doliprane et cicalfate pour cicatriser. Perso, je mettais le cicalfate au frigo pour encore plus de « bonheur » à l’application !

  • La montée de lait

Idem, à la mater, nickel ! Une montée de lait ? Non non non que dalle. En arrivant à la maison, je crois que Miss « Montée de lait » a fait un pacte avec Mme »L’épisio » en arrivant en même temps que les douleurs. Et encore j’avais de la chance, oui mes seins ont triplé de volume, oui ils étaient en béton, oui ils étaient chauds comme une baraque à frites MAIS je n’avais pas mal ! Encore une fois, la Sage-femme du PRADO m’a sauvée ! Sa solution : massage sous la douche, matin et soir, en cercle sur les zones dures et si ça perdure cataplasme de choux.

Je n’ai pas été jusqu’à acheter le choux, je n’avais pas assez de douleur pour m’infliger de sentir le choux toute la journée. Par contre, je remercie la montée de lait, car je sais maintenant que je ne me ferai JAMAIS une augmentation mammaire !

  • Se lever en pleine nuit avec la plus belle des motivations

Chez moi, le sommeil c’est sacré ! Je peux m’engueuler avec mon copain parce qu’il n’a pas respecté mon « petit train du sommeil » en arrivant bruyamment dans la chambre. Cette époque est clairement révolue ! Je me lève facilement à 4h du matin -j’ai de la chance c’est plus souvent 5h30/6h30- pour donner le biberon à ma Pantouflette et me rendormir avec le sourire. Jamais j’aurais pensé que me lever la nuit serait aussi « facile » -je garde les guillemets quand même hein, j’apprécierai quand elle fera de vraies nuits.

  • Retrouver des liens avec des personnes

J’avais fait une liste de naissance, que j’ai partagé sur FB car on me la demandait. Et bien, j’ai été étonné de voir des personnes dont j’aurai jamais pensé m’offrir un petit truc qui s’y trouvait. Du genre mes ex-beaux-parents – je savais qu’on étaient en bon terme mais pas à ce point là, ou un ancien collègue que j’avais embauché 4 mois avant de partir de la société à qui j’avais donné sa chance.

Ça fait plaisir. Je fais partie de ces gens qui aiment bien parfois repenser à des situations ou des personnes et qui se disent que ça sert à rien car ces personnes elles ne pensent plus à vous … Et bien, grâce à cette liste de naissance, je sais qu’ils pensent toujours à moi et en bien en plus. Ça fait chaud au cœur.

  • Le renforcement de notre lien avec le papa

Notre relation a toujours été bonne – avec quelques hauts et bas comme partout – mais la naissance de Pantouflette a ajouté un truc. Un je-ne-sais-quoi qui rajoute une flamme en plus, un émerveillement. J’ai l’impression d’être encore plus amoureuse. J’ai encore plus confiance en nous. Je sais que je peux lui faire confiance quand je suis fatiguée et le voir s’occuper de sa fille me fait fondre. On a le plus beau bébé du monde -forcément- et on l’a fait ensemble !

  • Garder ce petit ventre … l’adorer … et le perdre rapidement derrière

Et oui, nous ne perdons pas notre ventre dès la sortir de bébé et ça c’est bien de le savoir avant. Ça évite de paniquer, de relativiser certaines paroles et d’accepter doucement que bébé est maintenant à coté de nous.

Je vous conseille le livre dont j’ai fait une petite chronique « Mon corps après Bébé » pour bien gérer la remise en place de vos organes -c’est important et parfois on en prend pas la mesure dans notre société de WonderWoman.

Personnellement, je fais partie des chanceuses qui entrait dans leurs pantalons d’avant grossesse 7 jours après l’accouchement. Mais je vais vous avouer que je me trouvais plus jolie dans certaines robes enceintes que maintenant. Une certaine nostalgie me guette …

Et vous qu’est ce qui vous a étonné dans cet « après-accouchement » ? 

kill-todo-list-670x335

Les Gens #3

Ah ces petites phrases que nous recevons avec bonheur dans notre quotidien par un ami, de la famille ou même des inconnus… Je vous en avais fait deux compilations avant mon accouchement : ici et . Et comme vous vous doutez, ce n’est pas parce que Pantouflette (pour les intimes) a dit bonjour au monde que ces petites phrases ont cessées.

Nous nous retrouvons donc pour une nouvelle compilation et je sens que cette « série d’articles » a de beaux jours devant elle. Je vous préviens de suite, j’ai gardé le « meilleur » pour la fin !

Let’s go !

  • Quoi ? Tu ne chauffes pas ton biberon ! Et si je te servais ton thé froid, tu dirais quoi ?

Mais vas-y, tu peux me servir mon thé froid, même glacé, j’adore ça 😉

Et bien non, en effet je ne chauffe pas son biberon – comme je pense la plupart des mamans ayant choisie le biberon. Pourquoi ? Parce que Pantouflette l’accepte, elle le boit facilement, elle ne régurgite pas, elle le vit bien, alors pourquoi changer au risque de tout faire dérailler ?

La diversification tombera à la fin de l’automne, à ce moment les petits pots seront réchauffés et ça sera très bien comme ça !

  • Tu as lu la dernière étude de 60 millions de consommateurs ? Du coup, tu prends quoi comme couches ?

Euuuuuuuuuuh, j’ai pas encore trouvé ma marque « fétiche », j’ai testé Pampers – la base, enfin ce qu’on te donne à la mater, Mots d’enfants – Leclerc – et là je suis à Pommettes -Intermarché. Et aussi Tamboor – Orchestra _ que j’ai détesté. Alors désolée sur je suis SCF – anagramme de Sans Couches Fixe. Bon j’aimerai testé Love&Green, mais il n’y a pas de petites tailles chez mon distributeur.

Mais promis, j’ouvrirai le 60 millions de consommateurs que ma Mère m’a donné … Et que Love&Green a déjà démenti (visible sur leur page FB au 28 août 2018). Entre nous que Pampers arrive devant Love&Green me semble également très bizarre non ?

Je prends un peu de distance avec toutes ces études, je me dis que demain nous trouverons une nouvelle substance chimique qui fera plonger les 1ers de ce genre de classement.

  • Du lait BabyBio ? Encore un truc de bobo qui aime le bio, tellement agaçant !

Franchement, tu veux savoir pourquoi j’ai pris du BabyBio ? Parce que le Modilac, il puait à la mater et qu’à 3H du matin c’était pas le kiffe pour se réveiller. Alors j’ai cherché un autre lait pour l’entrée à la maison et là  4 de mes copines me l’ont conseillé et elles n’ont pas eu de soucis avec lui alors pourquoi s’en priver -Et tout c’est très bien passé pour Pantouflette également.

Pour les gros chiants d’anti-bio etc, je réponds juste : Parce que la boite est rose, alors ce doit être bien pour les filles non ?

Après nous ferons le point avec la Pédiatre, Pantouflette avait pris que 90gr entre la 1ère et 2ème semaine et nous a fait un bon de 500gr entre la 2ème et 3ème semaine. On verra jeudi ce que ça donne entre sa 3ème et son mois.

  • 4,440 kg ! Wouah et combien de points l’épisio ?

Alors celle-là c’est une des pépites du jour. Imaginez, vous êtes en train de vous balader avec votre poussette, il fait beau et une dame vient se pencher sur le berceau, me dit que c’est un beau bébé bien joufflu et me demande son poids à la naissance et BAM dans la foulée THE question !

J’ai esquivé en rigolant et en lui disant que tout c’était bien passé. Mais franchement qui a envie de parler de son épisio avec une inconnue et à quoi ça sert à cette personne de savoir ça ? Pour alimenter son prochain café – commères avec ces voisines ?

Franchement, les Gens ya de l’abus ! Y a plus de respect, ma P’tite Dame !

  • Oh le beau bébé ! Fille – Garçon ? Fille ! Mais pourquoi elle est pas en rose ?

Idem, lors d’une balade. Alors que Pantouflette était dans ma combi favorite, on m’arrête et hop ! Mais les Gens faut vivre avec son temps, le rose c’est out, c’est plus à la mode !

Pantouflette a du rose dans son dressing mais pas des masses non plus. Ce sont généralement des pièces bien coupées, coûtant parfois un certain prix mais achetées à -70% sur l’Outlet de Smallable 😉

Pourquoi ? Mon délire anti-BarbieGirl sans doute. D’ailleurs, j’ai été horrifiée ce week-end à ma 1ère foire à la Puériculture des collections de vêtements roses en toutes tailles que les mamans affichées ! Help Me ! A chaque stand, je devais quasiment dire « Vous avez du 6 mois fille mais pas rose », je vous dis de suite, le choix se restreint et les économies se font toutes seules.

  • Ah mais ça va tu as retrouvé ta taille « normale ». Quand je suis passée à la mater’ j’ai cru que tu attendais un 2ème

Ma favorite ! Celle qui me permet d’animer un dîner qui manque un peu de relief !

Sachant que cette personne est passée dans le jour de l’accouchement – déjà stop, non ça ne se fait pas ! Le J1 c’est Papa-Maman-Bébé !

Que dire de plus, cette phrase est totalement déplacée, qu’en moins de deux, elle te fait pleurer n’importe quelle fille qui est en plein baby blues, il suffit qu’en plus la confiance en soi ne soit pas de la partie et BAM.

Personnellement, j’ai fait remarqué son manque de délicatesse à la personne, à quoi elle m’a répondu « ah mais moi je suis franche ». Je l’ai envoyé balader en lui répondant simplement  » La Franchise n’empêche pas le Tact, sans ça je ne suis pas sure que la Franchise soit une qualité ».

Bref, je pense qu’on peut conclure là-dessus !

Et vous quelle a été la pire phrase que vous avait entendu dans votre 1er mois de parentalité ? 

bf2aa2afb593982ebb9d654e7e4d8f9f

S2 – Atterissage en douceur

Un petit article succinct pour vous donner des nouvelles.

Nous sommes de retour à la maison. Nous prenons nos marques. Quel bonheur de pouvoir retrouver son chez soi, son canapé, son lit et pouvoir installer Doudounette dans sa chambre. Nous pouvons enfin recevoir les personnes correctement en laissant Doudounette tranquillement dans son lit à dormir.

Nous avons de la chance, entre un enfant très calme et un papa qui reprend que le 10 septembre. Nous avons le temps de nous apprivoiser et de nous organiser. Je pense pouvoir dire que nous formons une bonne équipe. Petit à petit, nous nous connaissons et chacun apprend de l’un et de l’autre.

Les Sage-Femmes du PRADO sont passées, rien à signaler. Doudounette va bien, moi également. C’est franchement un plaisir de les recevoir et de discuter avec elles de nos interrogations, notamment au niveau du bain. Nous n’avons pas de plan à langer dans la salle de bain. Suite à leur conseil nous prenons donc le bain sur l’îlot de la cuisine sur lequel nous installons la baignoire et le matelas à langer et hop c’est parti. Clairement ce genre d’astuce impossible à donner si tu ne connais pas l’environnement dans lequel les parents vivent.

Doudounette prend son rythme biberon toutes les 3/4h en journée, dernier biberon a minuit/1h et puis je me lève si elle ne s’est pas réveillée avant à 5h  pour lui donner le 1er biberon de la journée – sur conseil de la sage femme bien sur, Doudounette n’est pas à plaindre niveau poids avec son 4,5kg à son actif, bien sur pour des bébé plus petit 5h entre deux biberons cela peut paraître énorme. Elle est adorable et s’endort directement après avoir engloutie son 90cc de lait.

Pour l’instant, pas d’ombre au tableau de mon coté. Peut-être une petite nostalgie de ce ventre rond dans lequel je la sentais gigoter, mais tout cela est compensé quand je vois son papa s’occupant d’elle avec tellement d’amour et de douceur. J’avoue il m’impressionne, il a appris rapidement les bons gestes et fait preuve de patience quand elle lui fait cadeau d’une couche bien pleine.

Entre lui et moi, j’ai l’impression que le lien est encore plus fort. C’était une des choses qui me préoccupait le plus durant la grossesse : comment va évoluer notre couple après ? Je me sens encore plus amoureuse, fière de lui, sans doute un mix entre les hormones et les moments de l’accouchement où il a su être présent et me rassurer sans dire un mot, juste par sa présence et ces gestes.

Bref vous l’aurez compris chez moi à Doudouland, une douceur de vivre s’installe. En espérant qu’elle dure le plus longtemps possible.

dyn007_original_290_220_jpeg__a2347b707b2c272e10c91607f8430518

S1 : Mes TRUCS pour d’un bien bel accouchement

Je suis passée de l’autre coté de la barrière :

 JE SUIS MAMAN !

Je tenais d’ailleurs à remercier tous vos petits messages sous le dernière article, ça fait chaud au cœur !

Le blog de « Grossesse » va donc basculer en blog de « Parentalité ». Nous verrons bien comment viendront les choses ici, mais on parlera surement de mes nouvelles aventures de Maman et puis sans doute que des sujets annexes viendront compléter tout ça ! Comme d’habitude, on fera cela au feeling, cela ne devrait pas vous surprendre vous commencer -peut-être à me connaitre !

Maintenant parlons du sujet du jour : mes trucs d’un bien bel accouchement – bien sur ça n’engage que moi et tout cela est en fonction de mon vécu 😉

Je fais partie des chanceuses qui ont eu le droit à une grossesse idyllique et un accouchement au top. D’ailleurs, je reviendrais peut-être sur ma décision, et je vous raconterai sans doute ce moment fort en émotion quand je le sentirai.

  • L’homéopathie, c’est top MAIS ça donne soif

L’homéopathie m’a aidé en fin de grossesse à maturer mon col et je pense que cela à jouer sur l’arrivée de Bébé un petit peu en avance sur son terme. MAIS là je parle de l’homéopathie qu’on m’avait prescrit pendant le travail. L’homéopathie est très sucrée et personnellement ça me donne soif … Problème : en salle d’accouchement impossible de boire un grand verre d’eau ! Et voila comment se retrouver avec la bouche pâteuse pendant 6h !

  • Goûter son brumisateur

La suite logique de mon 1er point ! Vu qu’on ne peut pas boire, on nous propose de « boire » au brumisateur – rien que ceci est une blague non ?. En tant que bon élève, j’avais pris MON brumisateur dans mon sac et hop ni une ni deux, voilà Monsieur en train de me brumiser la bouche … SAUF que le brumisateur que j’avais choisi – URIAGE pour ne pas le citer – est clairement DÉ-GUEU-LASSE ! Donc oui, goûter son brumisateur avant en le choisissant n’est pas si déconnant que ça – essayez de faire ça discrétos dans la parapharmacie, on risque de vous prendre pour une dingo sinon.

  • La boite à Papa

On en a parlé ici, elle a clairement eu le succès escompté. En plus de l’effet de surprise du Papa quand vous lui annoncez de prendre aussi ce carton emballé de papier journal « QUOi!?! Mais c’est quoi ? » et toi tout en contractant tu réponds juste « Réfléchis pas ! Prends et conduis jusque la mater ! »

Elle nous a clairement permis de nous occuper, elle a ponctué quasi tout mon travail. Et quel bonheur de voir le sourire du futur papa à l’ouverture de chacun des petits cadeaux – surtout quand tu es sous péri et que tu vois les contractions arrivées et que tu les sens plus.

  • Papoter avec les sages femmes, auxiliaires puéricultrice, anesthésiste, gynécologue

Je suis une bavarde, Monsieur aussi. On adore interroger les gens et essayer de les connaitre un peu plus. Encore plus quand ces personnes-là donneront vie à notre future fille. Avec mon conjoint, nous avons donc papoté avec tout le monde, « voyageant » d’expériences en conseils en anecdotes … Bref on a adoré passé ce moment avec ces personnes qui nous on donnait un peu d’eux alors qu’on était en train de vivre un des moments les plus marquants de nos vies

  • Être disciplinée

J’ai toute confiance dans le corps médical. Donc quand on me dit quelque chose je l’applique du mieux que je peux pour leur rendre la tache plus simple et la mienne aussi par la même occasion.
– On me dit d’attendre de contracter toutes les 5 minutes pendant 2h avant de partir à la maternité. Pas de soucis si c’est toutes les 6 minutes je ne bouge pas – enfin si dans les fait j’ai été prendre un bain pour voir et ça a bien fonctionné je me suis mise à contracter toutes les 3 minutes.
– On me dit d’attendre que le Bébé me gène vraiment pour les appeler pour commencer la poussée. Pas de soucis, j’attend qu’il me gène bien pendant 30min pour m’assurer qu’il ne puisse pas me gêner plus et appeler vraiment au bon moment et gagner des minutes à la poussée
Ca a surpris le corps médical mais au fil des conversations -cf point du dessus- ils ont compris comment je fonctionnais et on a fait une super équipe

  • On éteint son portable

J’allai l’oublier et pourtant je pense que c’est le plus important ! Vivez le moment ! Vous aurez bien assez de temps pour le raconter ensuite à toute votre famille, amis etc !

Voilà pour la partie accouchement. Je vous ferais surement un article sur le même format sur le séjour à la maternité, si cela peu vous intéresser 😉

Et vous vous avez des petits trucs comme ça qui vous a fait vivre un bel accouchement ?

Accouchement-1-610x366

37SA – Tu peux arriver quand tu veux !

37SA … Déjà .. en écrivant cet article, je me rend compte à quelle vitesse le temps à filer. On se retourne deux secondes et j’ai l’impression d’être ce 12 décembre .

Le 12 décembre

Ce jour où on a découvert ta présence. Ce jour où le filleul de mon Chéri est né. Dans la soirée, j’annonçais au arrivée dans nos vies à ton futur papa. C’était tellement de bonheur. Le lendemain, nous sommes allés voir les nouveaux parents à la maternité et ils ont eu cette phrase « On a hâte que ce soit votre tour ». Ils ne pouvaient pas si bien dire.

12 jours plus tard nous l’annoncions à nos parents en guise de « cadeau bonus » de Noël.

19 jours plus tard,  nous l’annoncions à nos amis. Et bien oui, un nouvel an sans alcool, ça aurait forcément alerté les copains, alors autant l’officialiser. A ce nouvel an, le champagne a coulé à flot entre la naissance, notre annonce, les promotions au travail et une opération chirurgicale soldée par une très jolie réussite. Le champagne a coulé à flot … Enfin sauf pour moi et mon MayTea, mais c’était remplis d’alcool et de thé de bonheur que nous passions en 2018.

L’acceptation

J’ai mis du temps à me rendre compte que j’étais vraiment enceinte, d’où la création de ce blog d’ailleurs. Et puis, de rendez-vous en rendez-vous, mon ventre se faisant de plus en plus visible, la chambre une fois commencée, les achats se succédant … Pas de doute, un nouvel habitant allait bel et bien arrivé à la maison.

Enfin la Maison … Plutôt dans notre grand appartement. D’ailleurs, depuis ton apparition, Papa n’a plus qu’une idée : Acheter une maison avec un jardin pour te dégourdir les pattes comme il dit. Alors on visite, on visite, on visite … Mais on est difficiles, sur le secteur et sur la superficie … Mais on trouvera.

En attendant, on a acheté un 2nd appartement, qu’on a rénové puis loué, pour commencer à épargner pour tes études si tu le souhaites (oui oui oui, tu as des parents prévoyants – enfin surtout un père prévoyant.)

Le congé maternité

Le temps s’est emballé et puis me voilà en arrêt du jour au lendemain – 10 jours avant l’arrêt pathologique. Heureusement, il a fait beau. Je pense qu’on aurait pas pu faire un plus bel arrêt et congé maternité que celui-ci.

  • Les copines sont en vacances
  • Le marché est plein de saveur
  • Les gens sont souriants
  • Je n’ai mal nul part, tu me laisses donc gambader où je souhaite
  • J’ai fini mon goal de l’arrêt : TA couverture ! Mon 1er ouvrage en tricot et j’en suis pas peu fière
  • J’ai rendu des services, peut-être un peu trop, mais c’est dans ma nature et ca me faisait plaisir.

Ce congé a aussi été très chargé en rendez-vous. Entres les Assistantes Maternelles, les derniers cours d’haptonomie, les cours de préparation à l’accouchement, le transfert de mon dossier dans l’hôpital du coin et la création de ma boite à Papa. Je n’ai pas chômé. Autant de sujets qu’il faudrait que j’aborde ici dans de futurs articles.

37 SA

Et nous y voici, ce lundi, nous commençons notre 37ème semaine. 37 semaines, ça veut dire pas mal de choses ! Mais pour moi ça veut surtout dire que tu peux venir nous rencontrer sans crainte, sans prématurité. Je porte un bébé totalement viable, qui communique très très bien avec ces parents en venant se lover dans nos mains le soir quand on t’appelle vers le bas, t’obligeant à te déplacer et abandonner les sommets car tu adores en te blottir contre mes cotes droites (elles doivent être accueillantes). Parfois tu joues un peu l’effronté, quand tu t’agites devant la future mamie et que tu deviens complètement stoïque dès qu’elle pose une main sur mon ventre pour te saluer.

Après je n’ai pas à me plaindre, jusqu’ici aucune contraction, aucune douleur de dos, tu me laisses vivre ma vie, me déplaçant facilement dans ma bourgade chérie à pied, parfois dans la nuit tu m’invites à me rendre aux toilettes et tu me laisses me rendormir paisiblement.

Tu es en très bonne forme. Tu seras un bébé sans doute assez lourd mais je te rassure, apparemment tu es bien proportionné donc tu ne seras pas « difforme ». Tu es un tellement beau bébé que tu arrives même à faire changer potentiellement d’avis les professionnels du milieu en terme de déclenchement. On a gagné le droit à une 4ème échographie pour vérifier ton poids (prévision de 4,5/5 kg à terme). Ya rien à dire tu aimes déjà avoir des photos de toi, au point de gérer pour en avoir en bonus avant même ton arrivée.Je reste sereine malgré tout ça. Je fais entièrement confiance à l’équipe médicale.

Naturellement ou déclenchée, la rencontre sera belle. Dès cette semaine, je me lance dans l’homéopathie, les carreaux, les tisanes de framboisiers et quelques kilomètres de marche par jour.Nous avons tellement hâte de te rencontrer. Tout est prêt ou presque (faut vraiment que je songe à faire ma valise …).

Papa est en vacances tout le mois d’août, il a fêté dignement son entrée dans le mois de la modération (LE mois où tout peut arriver n’importe quand et où il DOIT pouvoir conduire)

Alors n’hésite pas, viens dès que tu le sens.Et rassures toi, même si tu souhaites attendre la date de ton terme pour venir (soit la veille de la reprise de travail de Papa) on t’aimera! ON T’AIME DÉJÀ! toketos_k_genna_410x225

35SA – Pourquoi je ne pense pas raconter mon accouchement

Et oui, ça approche … Doucement mais surement … Dans 5 semaines, TU seras parmi nous !

Petit à petit, nous préparons notre monde à l’accueillir. On finalise les achats gentiment. Cette semaine, la baignoire et le transat ont pris leur place dans la salle de bain, le cosy arrive dans la voiture, la poussette se gare dans notre salon. J’ai aussi finalisé le coin à langer avec mon mur à couches, liniment et lait bébé …

Bref Mini-Doudou peut arriver maintenant TOUT est Ok ! Cette semaine, on va débuter le sac de bébé pour la maternité, suivra MON sac pour la maternité, un grand grand pas pour moi ! L’armoire et la tapisserie prendront aussi leur place.

Bref Bébé sera bientôt là, et je me suis posée la question : vais-je partager ici mon aventure de l’accouchement ? Dans un 1er temps, je me posais pas la question, c’était un grand oui. Puis j’ai hésité … J’ai pesé le pour et le contre … A vrai dire, j’ai trouvé très peu de « pour », à part le fait que j’adorais lire vos expériences en la matière.

Et puis hier une amie a accouché et a prévenu tout son FB qu’elle était en entrée en salle d’examen, puis qu’elle était en salle d’accouchement, puis de l’avancement du travail En parallèle, le futur papa était en InstaStories. Le tout agrémenté de questions auxquels les deux répondaient et j’ai trouvé tout cela effarant ! Je les imaginais dans la même salle accroché à leur téléphone, chacun de leur coté.

Ça m’a fait paniqué. Et je me suis rendue compte que c’était exactement l’accouchement que je ne voulais pas. A l’opposé, de celui sur lequel on travaille avec le futur papa avec nos cours d’haptonomie où le leitmotiv est « toujours ensemble, on le fait à 3 ».

Cela a engendré une discussion avec le papa, et nous sommes tombés d’accord. Le jour J, personne ne saura qu’on est à la maternité. Notre entourage sera averti uniquement quand notre enfant sera né, parce que nous voulons vivre ce jour J en huis clos. On veut que cette parcelle de temps nous appartienne. Ce moment, on le vivra qu’une seule fois et nous voulons le vivre déconnectés, à l’ancienne, comme au temps de nos parents sans téléphone portable, sans sms ou appels qui viendraient nous embêter dans notre « quiétude » – relative on s’entend bien.

Au-delà, du fait de ne pas partager le moment en temps réel, je me suis rendue compte au fils de la discussion que ce fameux moment m’appartenait mais appartenait également au papa et au bébé et que je ne pouvais pas le raconter sans leur accord. Mon conjoint ne connait pas l’existence de ce blog et donc par ricochet, je ne peux pas vous partager le fameux moment.

Mais cet accouchement sera raconté dans un cahier. Un cahier qui se trouvera sans doute dans une Boite à Papa – on en reparle très vite. Ce fameux cahier sera notre fil rouge pour ne pas perdre pied sur le moment M. Il y est noté comme un aide mémoire : nos positions d’haptonomie, ma prescription d’homéopathie et un petit mot pour expliquer au papa qu’on s’apprête à changer de vie et que je compte sur lui pour tout noté. A l’ancienne…

Ce sera notre moment, notre intimité, notre ressenti. Chaque accouchement est unique. Alors mon accouchement sera consigné dans ce précieux cahier et peut-être qu’un jour sur ce blog, ce récit fera son apparition ici. Ça ne m’empêchera pas de vous dire si ça c’est bien passé ou pas. Mais les détails nous appartiendront … En tout cas pour un bon moment.

Et vous ? Qu’est ce qui vous a partagé (ou pas) ce moment si particulier ?

Pregnant belly and ticking clock in mom's hand