Qu’est devenu mon « Projet de Naissance » ?

Pour les 1ers lecteurs, vous l’avez lu, vous l’avez commenté etc. Mon projet de naissance a suscité beaucoup de réactions, toutes très intéressantes. Je me suis dis qu’il serait bon de faire un point et voir s’il a été respecté dans les grandes lignes !

On va faire simple, en italique ce sera mon projet et en dessus mes commentaires . Let’s go !

Dans les grandes lignes.

  • Avoir une liberté de mouvement pendant le maximum de temps
  • Doudou doit être avec moi tout au long de l’accouchement
  • Le bien-être et le confort de notre bébé soit privilégié (de manière naturelle ou pas)
  • J’aimerai avoir accès à un ballon et mon coussin de maternité sur un fond de musique (Playlist que j’aurais faite au préalable, écouter et réécouter que Mini-Doudou connaîtra par cœur avant même sa sortie lol)
  • J’aimerai garder la possibilité de me restaurer
  • Doudou fasse le peau à peau avec Mini-Doudou (en musique évidemment)
  • Si je pouvais avoir le moins de toucher vaginaux possibles, ça serait génial et si ceux-ci sont effectués toujours par la même personne cela serait juste génial.

Pour la liberté de mouvement, on repassera oui et non. Je suis arrivée à la maternité à 6h30 après 3h de contractions – on m’avait dis « allez-y après une heure de contractions toutes les 5 minutes, les 2 premières heures les contractions étaient espacées de 8 minutes, j’ai pris un bain et la bim, contractions toutes les 3 minutes et perte des eaux. Je suis donc arrivée avec un col a 5cm et on m’a posé la péri à 7h.

Doudou a bien été là durant TOUUUUUT l’accouchement, bravo à lui !

Le bien-être du bébé a été privilégié : épisio et forceps. Le cœur de Pantouflette faisait du yoyo pendant la poussée. Normal, elle avait deux tours de cordons. Papa n’a donc pas pu non plus coupé le cordon … Dommage, mais c’est comme ça

Vu la rapidité des événement, le ballon j’ai pas eu le temps. Par contre j’avais un coussin de maternité avec moi – bien sympa pour se caler sur le lit d’accouchement. ET la playlist, il y avait de la musique dans la salle d’accouchement et elle me plaisait plus bien. Pantouflette a donc vu le jour sur « Marilyn et John » de Vanessa Paradis et « Le premier jour du reste de ta vie » de Étienne Daho. La 1ère parle d’une création de chanson autour d’un mariage d’une étoile et d’un lion, Pantouflette est lion, et la 2nde le titre parle de lui même. J’aime bien ces coïncidence.

Pour la restauration, j’avais vraiment pas faim. J’avais tout de même manger 2 bananes avant de partir de la maison … je les ai vomi un peu plus tard, une fois la péri posée. Par contre, je n’ai pas eu le droit de boire et franchement ça c’était dur – d’où mon conseil de tester le gout de son brumisateur en faisant sa valise de maternité.

Doudou n’a pas fait le peau à peau. Il est préconisé que ce soit la Maman qui le fasse, alors je l’ai fait en même temps que la tétée d’accueil. Mais Doudou était juste à coté de nous, émerveillé par sa nouvelle princesse.

J’ai eu très peu de toucher vaginaux car tout à été très vite. J’ai eu deux sages-femmes – étant arrivée à la relève- puis le gynéco dont la présence était obligatoire car Pantouflette était estimée à + de 4kg, ce qui s’est avéré vrai – Elle faisait 4,440kg pour mémoire 😉

Aide médicale.

  • J’aimerai que tout se passe naturellement, mais si cela dure longtemps et que le bébé ou moi-même en souffrons, je suis ouverte à l’injection d’ocytocine par exemple.
  • Je n’ai pas peur des piqûres et si la péridurale peut me soulager je l’accepte à bras ouverts.
  • Cependant, je suis à l’écoute des conseils que les sages femmes pourront me donner pour me soulager avant qu’elle soit poser et je mettrais en action ce que j’aurai appris en haptonomie ou pendant mes cours de préparation à l’accouchement.
  • Pendant la pose de la péri, la présence de Doudou sera en fonction de ses sensations du moment – pas besoin de soutien je suis une warrior, par contre :  pas envie de le récupérer dans les pommes !

Je n’ai pas eu de déclenchement, l’accouchement s’est déclenché naturellement 12jours avant la date du terme.

J’ai eu ma péridurale. l’anesthésiste était un gros con mais bon on m’avait prévenue. « VAs falloir se détendre Madame » « Je peux pas j’ai une contraction » « OH ben à un moment faut y aller hein » … Je lui aurai bien cracher à la gueule en lui disant que la contraction dure ne moyenne une minute …ET une fois posée, il me balance « C’est comme ça qu’on fait des connerie ». Me laissant dans l’interrogation : vais-je avoir besoin d’un blood-patch à la suite de cette péri ? La question est pas restée longtemps dans ma tête, j’allai devenir Maman et j’étais contente ! Et aucune complication est venue embêtée par la suite.

Pas eu le temps de mettre en place les conseils de mes sages-femmes, tout a été trop vite. Doudou a presque été déçu de ne pas avoir eu la possibilité de mettre en action l’hapto. Personnellement, je me dis que c’est aussi tous les trucs du quotidien où il jouait avec Pantouflette encore dans mon ventre qui a fait qu’elle soit descendue rapidement, que mes ligaments étaient détendus etc …

Doudou n’était pas là pendant la pose de la péri et tant mieux vu comment cela s’est passé.

Accouchement.

  • Je souhaite en salle d’accouchement une lumière douce, apaisante et respectant mon intimité (Dehors, les gros projo sur ma zone d’action)
  • J’aimerais dans la mesure du possible éviter les forceps et la ventouse.
  • Si je peux passer à coté de l’option Episio, j’apprécierai.
  • Je souhaite être guider par le corps médical de façon bienveillante (me félicitant quand c’est bon, et me recadrant calmement si nécessaire – ça le sera sans doute en connaissant face à la douleur)
  • J’aimerai éviter qu’on presse sur mon ventre pour expulser le bébé s’il n’y en a pas besoin – Je ne suis pas un tube de dentifrice !

Niveau luminosité, on était bien. Pantouflette a commencé à m’avertir de son arrivée assez tôt, on est partis à la mater avec le levée du soleil. L’accouchement s’est déroulée à midi à la lumière du jour.

Les forceps et l’épisio, j’ai pas eu le choix. Le coeur de Pantouflette était taquin. Je n’ai pas vécue cela comme une amputation ou autre, juste comme une évidence face à l’arythmie cardiaque que présentait ma fille.

J’ai eu la chance d’avoir un personnel soignant génialissime ! Humain, papotant de tout, aux petits soins. On avait de réels temps de discussions avec nous. Je ne sais pas si ce bonheur est du à la petite taille du service – on était deux à accoucher ce jour-là. Ca a rendu le moment encore plus sympa, car ça nous tenait à coeur de connaitre un peu les personnes avec qui on allaient mettre notre enfant au monde.

Arrivée de bébé

  • J’aimerais garder ce fond de musique que bébé connaîtra afin qu’il « connaisse » un peu l’extérieur
  • Le peau à peau sera avec Doudou, afin qu’il prenne le temps de connaître notre petite merveille pour de vrai et plus avec mon ventre entre eux deux !
  • La tétée d’accueil, je ne sais pas encore. Ne souhaitant pas allaiter, je ne souhaite pas « éveiller » une frustration pour le bébé du genre « c’était cool ? c’est con mais c’est fini 😀 »
  • Je souhaite faire don du cordon à la recherche. C’est une cause qui me tient à coeur dans la lignée de mes dons de plaquettes et plasma régulier ( hors période de grossesse évidemment)

Pour la musique comme je vous l’ai dis. On a gardé la musique de la mater. Elle n’a pas eu l’air déboussolée. Même si elle n’a pas respiré de suite, je doute que ce soit du à la musique qui n’était peut-être pas à son goût.

Le peau à peau a été fait par moi comme je vous l’ai dit. mais la présence de Doudou était belle et bien là. Tout heureux de sa merveille.

La tétée d’accueil je l’ai faite. Car à la fin de ma grossesse le choix de ne pas allaiter n’était plus vraiment si clair. Je m’étais donc dit que je faisais la tétée d’accueil et voir si la magie opérée. La magie n’était pas là … Je n’ai pas eu mal, ni autre … Juste j’ai pas accroché … Nous sommes donc devenus amis avec le biberon.

Pour le don de cordon, je vous avoue que c’est mon regret. Je n’en ai pas parlé. J’étais tellement focalisée sur mon accouchement qui est arrivé plus tôt que prévu et c’est passé assez rapidement que j’ai zappé … Dommage.

En cas de césarienne.

  • Je souhaite que le papa soit là à nos côtés à tous moments et rester consciente (quoiqu’en bien shooter, soyons francs)
  • Le peau à peau avec son papa sera également fait après les soins.
  • En salle de réveil, j’aimerais avec la présence de mon mari et de notre bébé si possible.

Pas de césarienne, mais bien un accouchement par voie base pour un 1er bébé de 4,440kg – oui je me répète.

Séjour à la maternité.

  • Je souhaite une chambre seule, claire et avec 2/3 chaises pour mes visites
  • J’espère ne pas devoir confier Mini-Doudou à la nurserie, mais suivant ma fatigue j’y céderai peut-être.
  • Pour l’apprentissage des soins (bains, couches, nettoyage du cordons) nous souhaitons le faire avec le Papa dans le calme toujours avec notre musique de fond. Que tout le monde trouve ces marques dans le calme
  • Si des examens sont nécessaires sur Mini-Doudou, nous souhaitons être présents lors de ceux-ci.

J’ai bien eu ma chambre seule, avec une chaise et un fauteuil. Il manque donc deux chaises à l’appel. Mais elles m’ont pas du tout manquée. Limite parfois je regrettais d’en avoir une, quand la visite de quelqu’un se prolongeait.

Pantouflette n’a pas été en nurserie du tout. Doudou est resté dormir avec nous toutes les nuits et ça a été un réel confort. On était au top tous les 3 ensemble !

Pour l’apprentissage à trois et en musique, tout a été nickel. Les puéricultrices avaient vraiment le temps de rester avec nous. Il n’y avait que 7 chambres d’occupées, et donc on sentait qu’elles étaient zen au niveau du timing.

Nous n’avons pas lâché Pantouflette de tout le séjour. Nous avons donc été là pour toutes les interventions, Guttry, test diabète -du à son poids- …

Soins et Allaitement.

  • J’aurais mes propres produits pour bébé, mais je serai à l’écoute de conseil si un des produits n’est pas adapté.
  • Je ne souhaite pas allaiter.

Au final, j’ai fait avec les produits de la maternité. C’était plutôt bien.

Et je n’allaite pas, j’ai apprécié que mon choix soit accepté par l’équipe qui n’a eu aucun propos moralisateur ou malvenu.

file_main_image_14091_1_grossesse_cache_640x360

Publicités

20SA – Projet de Naissance

 J’entre à peine dans mon 5ème mois de grossesse et tout le monde me parle de ce foutu « Projet de Naissance » : Ma gynéco, mes sages-femmes, mes copines, mes parents…

Il n’y a qu’une chose que j’ai envie de leur répondre : ok je vais vous le faire mon projet de naissance, ça sera une de mes plus belles rédactions. Mais je vous préviens le 1er qui me dit :
Non, mais je pense qu’il faut pas non plus trop idéaliser la chose

Je le baffe ! Le voilà prévenu !

C’est bien parce que je ne veux pas l’idéaliser que je ne voulais pas me projeter dans ce « projet » (et aussi parce que ça me semble quand même tôt, non ?). En plus, j’ai bien conscience que ça ne se passera pas comme je l’aurai écrit – non ma vie n’est pas un de ces livres dont vous êtes le héros où tu choisis entre les différentes possibilités pour créer ta propre histoire

Et puis d’ailleurs, actuellement qu’est ce que j’en sais de comment ça se passe un accouchement moi !


Alors le voilà je vous laisse le savourer, si j’oublie des aspects ou autres , n’hésitez pas à m’en parler en commentaire – promis pour vous je le prendrais bien 😀

Dans les grandes lignes.

  • Avoir une liberté de mouvement pendant le maximum de temps
  • Doudou doit être avec moi tout au long de l’accouchement
  • Le bien-être et le confort de notre bébé soit privilégié (de manière naturelle ou pas)
  • J’aimerai avoir accès à un ballon et mon coussin de maternité sur un fond de musique (Playlist que j’aurais faite au préalable, écouter et réécouter que Mini-Doudou connaîtra par cœur avant même sa sortie lol)
  • J’aimerai garder la possibilité de me restaurer
  • Doudou fasse le peau à peau avec Mini-Doudou (en musique évidemment)
  • Si je pouvais avoir le moins de toucher vaginaux possibles, ça serait génial et si ceux-ci sont effectués toujours par la même personne cela serait juste génial.

Aide médicale.

  • J’aimerai que tout se passe naturellement, mais si cela dure longtemps et que le bébé ou moi-même en souffrons, je suis ouverte à l’injection d’ocytocine par exemple.
  • Je n’ai pas peur des piqûres et si la péridurale peut me soulager je l’accepte à bras ouverts.
  • Cependant, je suis à l’écoute des conseils que les sages femmes pourront me donner pour me soulager avant qu’elle soit poser et je mettrais en action ce que j’aurai appris en haptonomie ou pendant mes cours de préparation à l’accouchement.
  • Pendant la pose de la péri, la présence de Doudou sera en fonction de ses sensations du moment – pas besoin de soutien je suis une warrior, par contre :  pas envie de le récupérer dans les pommes !

Accouchement.

  • Je souhaite en salle d’accouchement une lumière douce, apaisante et respectant mon intimité (Dehors, les gros projo sur ma zone d’action)
  • J’aimerais dans la mesure du possible éviter les forceps et la ventouse.
  • Si je peux passer à coté de l’option Episio, j’apprécierai.
  • Je souhaite être guider par le corps médical de façon bienveillante (me félicitant quand c’est bon, et me recadrant calmement si nécessaire – ça le sera sans doute en connaissant face à la douleur)
  • J’aimerai éviter qu’on presse sur mon ventre pour expulser le bébé s’il n’y en a pas besoin – Je ne suis pas un tube de dentifrice !

Arrivée de bébé

  • J’aimerais garder ce fond de musique que bébé connaîtra afin qu’il « connaisse » un peu l’extérieur
  • Le peau à peau sera avec Doudou, afin qu’il prenne le temps de connaître notre petite merveille pour de vrai et plus avec mon ventre entre eux deux !
  • La tétée d’accueil, je ne sais pas encore. Ne souhaitant pas allaiter, je ne souhaite pas « éveiller » une frustration pour le bébé du genre « c’était cool ? c’est con mais c’est fini 😀 »
  • Je souhaite faire don du cordon à la recherche. C’est une cause qui me tient à coeur dans la lignée de mes dons de plaquettes et plasma régulier ( hors période de grossesse évidemment)

En cas de césarienne.

  • Je souhaite que le papa soit là à nos côtés à tous moments et rester consciente (quoiqu’en bien shooter, soyons francs)
  • Le peau à peau avec son papa sera également fait après les soins.
  • En salle de réveil, j’aimerais avec la présence de mon mari et de notre bébé si possible.

Séjour à la maternité.

  • Je souhaite une chambre seule, claire et avec 2/3 chaises pour mes visites
  • J’espère ne pas devoir confier Mini-Doudou à la nurserie, mais suivant ma fatigue j’y céderai peut-être.
  • Pour l’apprentissage des soins (bains, couches, nettoyage du cordons) nous souhaitons le faire avec le Papa dans le calme toujours avec notre musique de fond. Que tout le monde trouve ces marques dans le calme
  • Si des examens sont nécessaires sur Mini-Doudou, nous souhaitons être présents lors de ceux-ci.

Soins et Allaitement.

  • J’aurais mes propres produits pour bébé, mais je serai à l’écoute de conseil si un des produits n’est pas adapté.
  • Je ne souhaite pas allaiter.

Et voilà pour mon projet de naissance ! Ça me semble complet étant que débutante en accouchement et séjour à l’hôpital …

J’avais dis que je parlerai haptonomie aujourd’hui, mais la 1ère séance de mercredi était vraiment une séance de présentation, mais mercredi prochain on entre dans la pratique ! On parlera donc hapto lundi prochain

😉

2679-soins-bebe-naissance.png

19SA- Jungle Médicale et Choix

Avant propos,J’ai bien conscience que MA jungle médicale n’a rien à voir avec la jungle médicale d’un couple étant dans un parcours PMA. J’ai également conscience d’avoir la chance de ne pas figurer dans un désert médical et avoir des professionnels sympathiques et à l’écoute.


Quand j’ai su que j’étais enceinte, j’ai directement appelé le secrétariat de ma gynéco en pensant que tout le reste allait en découler tout simplement.

« Ok parfait, donc rendez-vous le 9 janvier »

Euh ok, mais on est le 12 décembre… J’accepte le rendez-vous parce que je sens bien qu’il n’y a pas le choix. Bien sur, on ne m’explique pas que c’est normal que le rendez-vous soit aussi tardif et qu’avant on y voit pas grand chose – mais ça je l’apprendrais un petit peu plus tard.

Enceinte ? Risque de Fausse Couche ?

A ce moment-là, nous étions mi-décembre et les fêtes approchant je ne me voyais pas les passer sans savoir si j’étais immunisée toxoplasmose et tout le reste. Je n’avais pas envie d’embêter le « charmant » secrétariat de ma gynéco ou de m’infliger les X appels sans réponses à attendre au bout du fil avec une « superbe » musique d’attente – au choix. Je me suis donc tournée vers mon généraliste.

« Oh mais c’est génial ! Félicitations ! Passe demain matin à l’ouverture, on regardera tout ça en plus j’ai eu mon nouvel appareil d’échographie, on verra sans doute son cœur »

Tout guillerette, je me rend donc chez mon médecin. « Youpi, je vais voir mon bébé » .

Mon docteur pose la sonde, on voit un œuf, bien au centre de mon utérus. « Vas-y monte le son, Michel, qu’on entende le coeur, non mais dis » !

Et là, LA phrase
« Bon ben ya pas encore de cœur
« .

Elle m’a tuée cette phrase. Tout va très vite dans ma tête !
1-Ben comment ça pas de cœur !
2-C’est pas normal !
3-C’est un signe de fausse couche ?
4-Il sera viable ?
5-Qu’est ce que je dois faire maintenant ?

Mon médecin me rassure, il est normal de pas avoir de cœur à ce stade-là de la grossesse. Et je repars avec mon ordonnance pour ma prise de sang pour savoir si je suis immunisée ou par contre la fameux « Toxo ». Je vous avoue que je n’ai pas résisté à refaire une nouvelle prise de sang une semaine à peine après pour vérifier l’évolution du taux de BétaHCG pour me rassurer et pour pouvoir l’annoncer pendant les fêtes à la famille !

Bon et bien sur, le résultat de la prise de sang : pas immunisée toxo, et le taux de BétaHCG augmentait considérablement depuis l’examen précédent.

L’écho de datation

Arrive le 9 janvier, on se rend avec Monsieur chez Madame la Gynéco. Je rassure Monsieur sur le rendez-vous et la gentillesse de ma super Docteresse. C’est son 1er rdv Gynéco à lui, on se souvient toutes de notre stress pour notre1er rdv, alors pour un homme, c’est doit être pareil non ? Et puis il est un peu impressionné dans cette salle d’attente remplie de femmes, chez un spécialiste de l’anatomie féminine. Ça se voit il se sent pas vraiment à sa place.

Tout se passe bien. L’embryon est bien là, il y a bien une fréquence cardiaque. RAS ! Il n’y a plus qu’à attendre 7mois et demi. La grossesse est confirmée.

Mon Choix

Là où ça se corse, c’est quand je lui apprend que je ne souhaite pas accoucher dans la clinique où elle ausculte mais l’hôpital proche de chez moi.

-Comment ça se passe si je veux accoucher à l’hôpital ?
-Comment ça ?
-Et bien je préfère être près de chez moi.
-Ah bon ?!
-Dans tous les cas, j’ai peu de chance d’être accouchée par vous-même, non ?
-Sauf si vous accouchez un mardi après-midi …
-Oui donc c’est bien ce que je dis, j’ai peu de chance. Et puis s’il y a un soucis avec le bébé que j’accouche ici ou là-bas, le bébé ira dans l’hôpital Machin non ?
-Oui tout à fait !
-Donc voilà, il faut que je les appelle pour m’inscrire ou autre ?
-Appelez les, et vous verrez bien.

Elle n’a pas vraiment été ravie de l’apprendre. Mais je suis désolée, c’est mon choix et je compte bien le faire respecter ! Je ne suis pas de ces femmes qui se laissent prendre en charge et infantilisée lors de leur grossesse ! Alors désolée mais je veux et j’aurais mon accouchement dans mon hôpital ! Surtout que je n’ai que de bons échos de cet hôpital situé à 1km de chez moi alors que la clinique se situe à 20km. Ça sera plus simple pour Monsieur, la famille et même pour moi !

Echo T2

Nous retournons chez Madame la Gynéco pour la 2nde écho. L’évolution du fœtus est impressionnante. Elle est extra, répond à toute nos questions et prend vraiment le temps de nous expliquer ce qu’on y voit – une des grandes craintes de Monsieur qui a son meilleur ami qui lui a repeint un portait pas très glorieux des gynécos.

Et là, elle nous sort : « Bon et bien, maintenant le suivi mensuel sera assuré par une sage-femme, nous gardons uniquement les écho ensemble, vous en avez une ? « 

Quoi, je tombe de haut. Comment ça, la gynéco n’assure pas la totalité de mon suivi ? Ça renforce ma conviction d’accoucher dans mon hôpital.

En résumé

Je me retrouve suivie par :

  • Ma gynéco pour mes échographies
  • Ma sage-femme libérale pour le suivi mensuel
  • Ma sage-femme spécialiste Haptonomie (on en parle la semaine prochaine, nous avons notre 1er cours mercredi)
  • Mon hôpital chez qui je devrais passer à partir de mon 7ème mois

Mais comme dis le dicton « Plus on est de fous, plus on rit ».

Portez-vous bien ! Et à la semaine prochaine !

665-gg.jpg

16SA- Les Gens #1

La grossesse et la pression sociale !

Aujourd’hui on va parler juste des gens qui se permettent de donner leur opinions sur ta grossesse. Quoi de mieux qu’un bon dîner entre amis, famille ou collègues, pour que tout le monde fassent ces petites remarques agaçantes (que ces personnes fassent partie ou pas de ton cercle proche.)

 Personnellement, j’essaie de suivre les conseils de ma gynéco. Mais ça ne plaît pas à tout le monde, surtout à ceux qui n’ont pas évolué dans leur tête et/ou qui pense juste que je suis une chieuse psycho-rigide qui respecte les recommandations qu’on lui donne.

Cas 1 : L’Apéro

  • Tu prends quoi à l’apéro ?
  • En soft tu as quoi ?
  • Oh ça va  ! C’est pas un petit verre de vin qui va faire du mal
  • Non mais un jus de fruit ira très bien
  • Oh j’ai bu du champagne pendant ma grossesse et mon bébé allait bien. Faut arrêter avec tout ça !

En quoi on est obligé de boire un verre d’alcool à l’apéro ? Pour moi, un apéro c’est un bon moment entre amis, famille, collègues et avec cette réflexion, la personne vient de casser mon plaisir pour les 10 prochaines minutes. Il est déconseillé de boire de l’alcool, j’ai envie de suivre les recommandations de mon médecin, je fais bien ce que je veux. Je n’ai pas envie de me dire s’il y a un soucis « et si je n’avais pas bu ce verre ? ».

Ce sont les mêmes personnes qui te propose un cocktail alcoolisé alors que tu es sous traitement médicamenteux et qui te disent « oh c’est bon tu es en fin de traitement, fais la fête ça va te détendre et te faire du bien »

Cas 2 : Le Repas

  • Alors qu’est ce que tu nous a fait de bon  ?
  • Alors ça sera : charcuterie, Cote de boeuf/ Frites, puis plateau de fromages et un tiramisu maison
  • Super. Tu pourras juste bien me cuire ma tranche de cote de boeuf
  • Mais ça va pas, c’est un sacrilège. Olalalala faut arrêter avec la toxo et la listériose. Moi je m’embêtais pas avec tout ça et tout c’est bien passé. Lutter contre la frustration d’un bon pâté je suis sure que c’est encore pire !

Alors là, je ne comprend pas. Quand j’invite des personnes chez moi, j’essaie d’adapter le repas en fonction de ces goûts alors pourquoi ne pas faire pareil quand on invite une femme enceinte ? Ça ne demande pas une énergie monstre.

Oui, il y a 50 ans, près de 80% des femmes étaient immunisées pour la toxo, tout simplement parce que les modes de vie ont évolués, aujourd’hui nous sommes que 35% à être épargnées. Malheureusement, je ne fais pas parties de ces chanceuses. Alors certes le taux de contamination de listériose est passé de 25 à 13% en 15 ans … mais cela n’empêche pas de faire attention.

Si ton délire enceinte était de braver les interdits, moi je préfère y faire attention. Chacun son petit plaisir mais je te laisse tranquille, donc fais-en de même !

Cas 3 : La Cigarette

  • Bon vu que tu es enceinte, je vais fumer dans la cuisine
  • Ok

Cuisine dont il ne ferme pas la porte et qui se trouve au final a 3 mètres de toi, mais comme tu n’es pas chez toi… Et bien tu fais profil bas. Mais tant que notre ami fumeur a l’esprit tranquille et sa bonne conscience.

Le pire, c’est quand on ne te demande même pas si ça te dérange, on s’allume une clope et quand tu montre ton dégoût, on lève les yeux au ciel.

Mes Astuces :

  • J’amène mes Tourtel à l’Apéro
  • J’essaie de me renseigner sur le repas avant d’aller manger
  • Je feinte les fumeurs en me positionnant à coté du une fenêtre (que je pourrais ouvrir lors d’un dîner à risque).

Voilà quelques situations vécues … Oui, on est pas malades lorsque nous sommes enceintes. Mais chacune a le droit de vivre sa grossesse comme bon lui semble. Chacune a ses besoins, ses craintes, ses envies. On apprend à prendre des décisions pour notre futur enfant et si cela ne plait pas à l’assistance et bien ce ne fait que de commencer car  la question de l’éducation viendra que bien assez tôt.

On se détend, on s’adapte, on prend de la distance et on profite de sa grossesse comme on l’entend.

bf2aa2afb593982ebb9d654e7e4d8f9f