Le portrait chinois de mon année 2018

Ce genre d’article fleurisse sur la blogo, et même si on peut frôler l’overdose, tanpis je fais le mien, juste pour moi, garder une trace de cette année si particulière qui est passée telle une fusée mais qui va laisser une trace indélébile dans ma vie : un enfant !

Je ne vais pas être très créative, je vais « voler » un format qui m’a beaucoup plus chez Maman de 4 – mais j’ai demandé son consentement. Je vais vous faire revivre mon année en mode « portrait chinois ».

Et mercredi -oui oui oui il y aura un article mercredi – je vous parlerai de mon inspiration pour mon année 2019. Comme ça on clôt le chapitre et on repartira lundi sur un article plus « parentale » avec les 5 mois de Pantouflette – déjà !

Mainteannt que vous savez tout ! Let’s go !

Si mon année 2018 était :

un animal, ce serait : un hippocampe devenant un kangourou ! Et oui, mon ventre a grossi grossi grossi, mais comme un hippocampe de dos, on peinait à me deviner enceinte. Et puis j’ai accouché, à partir de là je me suis transformée en kangourou, avec mon porte-bébé de compèt (le Boba 4G) je me baladais avec Pantouflette : à la maison, en ville, à la plage. Même si le temps d’installation lui déplaît, elle ne peut pas nier que les 30 secondes suivantes sont apaisantes : un soupir plus tard les yeux se ferment et Morphée l’accueille pour un somme contre le cœur de Maman.

un voyage, ce serait : la Croatie et la Guadeloupe. La Croatie, notre dernier voyage à deux, même si Pantouflette était déjà là depuis 5 mois et demi. J’ai tellement apprécié ce break, j’ai pu marcher, nager et profiter ! Doudou également ! On était au top ! La Guadeloupe, forcément LE premier voyage de Pantouflette. Comme à son habitude, elle a été calme, posée, observatrice. Un voyage qui nous a fait sentir parents mais qui ne nous a jamais posé de soucis d’organisation

une série télé, ce serait : Les Demoiselles du Téléphone. J’ai adoré cette série ! Tout comme j’ai adoré : You, Plan Coeur. Si  Jane the Virgin, Elite, 13 reasons why, LA casa de papel ainsi que The 100 et Under the Dome ont occupé mes journées The Crown a été complétement zappé par une autre série au bout de 3 longs épisodes… A voir si je la reprend.

un livre, ce serait : Le Gang des Rêves de Silvio Di Fulvio. J’ai commencé mon année 2018 avec cette lecture et je l’ai adoré. J’ai adoré que ce soit un gros livre pour profiter encore et encore des personnages. Il a été compliqué pour moi que retrouver un livre à la hauteur derrière celui-ci. Il est tellement dure mais tellement intense. Une claque littéraire dans un genre d’écriture où je m’aventurais très peu.

un objet, ce serait : des lunettes de soleil et un chapeau. Nous avons eu un super été et de superbes journées d’automne. J’ai profité de ces deux accessoires durant la totalité de mon congé de juin à fin novembre. J’aurai pu ajouté un biberon, une poussette ainsi que ma nouvelle voiture … Mais non je pense que cette année, est caractérisée par ces lunettes de soleil et de mon sourire profitant de la chaleur des rayons de soleil en fin d’après-midi.

une chanson, ce serait : Chupee de Cocoon. LA musique de Pantouflette. La musique avec laquelle nous l’avons accueillie, celle avec laquelle nous avons passé une bonne partie de notre 1er de vie à trois. Clairement Cocoon fait partie intégrale de notre vie, pour un bain, un temps calme, un gros chagrin à apaiser. La douceur de ces albums résume bien notre vision de la parentalité. Et si j’ai le bonheur de tomber dessus à la radio alors que les 2 chéris ne sont pas avec moi, je souris (bêtement) et je peux même avec une petite larme d’émotion au coin de l’oeil.

un chiffre, ce serait : 3. Notre nouvelle famille. Nous 3 ! Comme les 3 Mousquetaires. On profite, on joue, on s’aime et on est tellement bien quand on est ensemble. (Olalala, les hormones sont toujours présentes apparemment)

une boisson, ce serait : la Tourtel. Citron, Framboise, Pêche … Peu importe. Elle m’a accompagnée durant ma grossesse, m’a faite vibrée pendant la coupe du monde, m’a tenue compagnie aux apéros / barbecue de l’année. Et notre histoire d’amour ne s’est pas terminé à la naissance de Pantouflette, elle perdure quand je suis SAM !

un sport, ce serait : le tricot . Comment ça c’est pas un sport ! Les poignées fonctionnent à fond et ça demande de la dextérité. Une « belle » couverture est née de cette découverte et je pense réitérer pour la future naissance d’un bébé très proche.

une émotion, ce serait : la positive attitude Merci Lorie ! Je ne me pourris plus mes journées avec une prise de becs qui a duré 10 minutes. Je me concentre sur les 23h50 qui sont autour. Et franchement c’est un vrai sentiment de bonheur ! Bye bye le stress ! Bonjour le sourire et les bonnes rigolades.

Alors vous en dites quoi de cette année 2018 ? Et la votre en un seul mot ça donne quoi ?

images

 

Publicités

Ces choses dont je m’attendais pas après mon accouchement

Je pense que c’est le bon moment pour parler de ce qui m’a surprise durant ce mois. Alors j’annonce de suite, les points qui vont suivre ne sont que mon humble avis, nous sommes toutes différentes et chacun vit les choses à sa façon. Pour ceux qui me suivent depuis quelques temps, vous connaissez un peu ma philosophie : je prends les choses telles quelles viennent, j’essaie de prendre dans toutes les situations le positif. Et vous savez aussi que j’ai eu une grossesse très cool, un accouchement sympa et un papa très présent dans ce 1er mois – il n’a repris le travail que lundi dernier.

  • On saigne oui, mais pas tant de temps que ça

On commence par le plus glam ! Personnellement, je m’attendais à saigner plus mais moins longtemps. Et encore apparemment je suis une chanceuse les saignements se sont arrêtés environ 3 semaines après, avec une grosse « accalmie » au bout d’une semaine et demi. J’ai utilisé les grosses serviettes uniquement à la mater – et ça m’a bien suffit !

  • L’épisio c’est plus douloureux à la maison qu’à la mater

A la mater, j’étais trop happy ! Moi avoir mal, pfff non non non, tout roulait. Par contre en rentrant à la maison, le désenchantement ! J’étais ravie de voir la sage-femme du PRADO deux jours après ma sortie ! Help meeeeeeeeeeeee ! Sa solution : anti-inflammatoire, doliprane et cicalfate pour cicatriser. Perso, je mettais le cicalfate au frigo pour encore plus de « bonheur » à l’application !

  • La montée de lait

Idem, à la mater, nickel ! Une montée de lait ? Non non non que dalle. En arrivant à la maison, je crois que Miss « Montée de lait » a fait un pacte avec Mme »L’épisio » en arrivant en même temps que les douleurs. Et encore j’avais de la chance, oui mes seins ont triplé de volume, oui ils étaient en béton, oui ils étaient chauds comme une baraque à frites MAIS je n’avais pas mal ! Encore une fois, la Sage-femme du PRADO m’a sauvée ! Sa solution : massage sous la douche, matin et soir, en cercle sur les zones dures et si ça perdure cataplasme de choux.

Je n’ai pas été jusqu’à acheter le choux, je n’avais pas assez de douleur pour m’infliger de sentir le choux toute la journée. Par contre, je remercie la montée de lait, car je sais maintenant que je ne me ferai JAMAIS une augmentation mammaire !

  • Se lever en pleine nuit avec la plus belle des motivations

Chez moi, le sommeil c’est sacré ! Je peux m’engueuler avec mon copain parce qu’il n’a pas respecté mon « petit train du sommeil » en arrivant bruyamment dans la chambre. Cette époque est clairement révolue ! Je me lève facilement à 4h du matin -j’ai de la chance c’est plus souvent 5h30/6h30- pour donner le biberon à ma Pantouflette et me rendormir avec le sourire. Jamais j’aurais pensé que me lever la nuit serait aussi « facile » -je garde les guillemets quand même hein, j’apprécierai quand elle fera de vraies nuits.

  • Retrouver des liens avec des personnes

J’avais fait une liste de naissance, que j’ai partagé sur FB car on me la demandait. Et bien, j’ai été étonné de voir des personnes dont j’aurai jamais pensé m’offrir un petit truc qui s’y trouvait. Du genre mes ex-beaux-parents – je savais qu’on étaient en bon terme mais pas à ce point là, ou un ancien collègue que j’avais embauché 4 mois avant de partir de la société à qui j’avais donné sa chance.

Ça fait plaisir. Je fais partie de ces gens qui aiment bien parfois repenser à des situations ou des personnes et qui se disent que ça sert à rien car ces personnes elles ne pensent plus à vous … Et bien, grâce à cette liste de naissance, je sais qu’ils pensent toujours à moi et en bien en plus. Ça fait chaud au cœur.

  • Le renforcement de notre lien avec le papa

Notre relation a toujours été bonne – avec quelques hauts et bas comme partout – mais la naissance de Pantouflette a ajouté un truc. Un je-ne-sais-quoi qui rajoute une flamme en plus, un émerveillement. J’ai l’impression d’être encore plus amoureuse. J’ai encore plus confiance en nous. Je sais que je peux lui faire confiance quand je suis fatiguée et le voir s’occuper de sa fille me fait fondre. On a le plus beau bébé du monde -forcément- et on l’a fait ensemble !

  • Garder ce petit ventre … l’adorer … et le perdre rapidement derrière

Et oui, nous ne perdons pas notre ventre dès la sortir de bébé et ça c’est bien de le savoir avant. Ça évite de paniquer, de relativiser certaines paroles et d’accepter doucement que bébé est maintenant à coté de nous.

Je vous conseille le livre dont j’ai fait une petite chronique « Mon corps après Bébé » pour bien gérer la remise en place de vos organes -c’est important et parfois on en prend pas la mesure dans notre société de WonderWoman.

Personnellement, je fais partie des chanceuses qui entrait dans leurs pantalons d’avant grossesse 7 jours après l’accouchement. Mais je vais vous avouer que je me trouvais plus jolie dans certaines robes enceintes que maintenant. Une certaine nostalgie me guette …

Et vous qu’est ce qui vous a étonné dans cet « après-accouchement » ? 

kill-todo-list-670x335

S2 – Atterissage en douceur

Un petit article succinct pour vous donner des nouvelles.

Nous sommes de retour à la maison. Nous prenons nos marques. Quel bonheur de pouvoir retrouver son chez soi, son canapé, son lit et pouvoir installer Doudounette dans sa chambre. Nous pouvons enfin recevoir les personnes correctement en laissant Doudounette tranquillement dans son lit à dormir.

Nous avons de la chance, entre un enfant très calme et un papa qui reprend que le 10 septembre. Nous avons le temps de nous apprivoiser et de nous organiser. Je pense pouvoir dire que nous formons une bonne équipe. Petit à petit, nous nous connaissons et chacun apprend de l’un et de l’autre.

Les Sage-Femmes du PRADO sont passées, rien à signaler. Doudounette va bien, moi également. C’est franchement un plaisir de les recevoir et de discuter avec elles de nos interrogations, notamment au niveau du bain. Nous n’avons pas de plan à langer dans la salle de bain. Suite à leur conseil nous prenons donc le bain sur l’îlot de la cuisine sur lequel nous installons la baignoire et le matelas à langer et hop c’est parti. Clairement ce genre d’astuce impossible à donner si tu ne connais pas l’environnement dans lequel les parents vivent.

Doudounette prend son rythme biberon toutes les 3/4h en journée, dernier biberon a minuit/1h et puis je me lève si elle ne s’est pas réveillée avant à 5h  pour lui donner le 1er biberon de la journée – sur conseil de la sage femme bien sur, Doudounette n’est pas à plaindre niveau poids avec son 4,5kg à son actif, bien sur pour des bébé plus petit 5h entre deux biberons cela peut paraître énorme. Elle est adorable et s’endort directement après avoir engloutie son 90cc de lait.

Pour l’instant, pas d’ombre au tableau de mon coté. Peut-être une petite nostalgie de ce ventre rond dans lequel je la sentais gigoter, mais tout cela est compensé quand je vois son papa s’occupant d’elle avec tellement d’amour et de douceur. J’avoue il m’impressionne, il a appris rapidement les bons gestes et fait preuve de patience quand elle lui fait cadeau d’une couche bien pleine.

Entre lui et moi, j’ai l’impression que le lien est encore plus fort. C’était une des choses qui me préoccupait le plus durant la grossesse : comment va évoluer notre couple après ? Je me sens encore plus amoureuse, fière de lui, sans doute un mix entre les hormones et les moments de l’accouchement où il a su être présent et me rassurer sans dire un mot, juste par sa présence et ces gestes.

Bref vous l’aurez compris chez moi à Doudouland, une douceur de vivre s’installe. En espérant qu’elle dure le plus longtemps possible.

dyn007_original_290_220_jpeg__a2347b707b2c272e10c91607f8430518

S1 : Mes TRUCS pour d’un bien bel accouchement

Je suis passée de l’autre coté de la barrière :

 JE SUIS MAMAN !

Je tenais d’ailleurs à remercier tous vos petits messages sous le dernière article, ça fait chaud au cœur !

Le blog de « Grossesse » va donc basculer en blog de « Parentalité ». Nous verrons bien comment viendront les choses ici, mais on parlera surement de mes nouvelles aventures de Maman et puis sans doute que des sujets annexes viendront compléter tout ça ! Comme d’habitude, on fera cela au feeling, cela ne devrait pas vous surprendre vous commencer -peut-être à me connaitre !

Maintenant parlons du sujet du jour : mes trucs d’un bien bel accouchement – bien sur ça n’engage que moi et tout cela est en fonction de mon vécu 😉

Je fais partie des chanceuses qui ont eu le droit à une grossesse idyllique et un accouchement au top. D’ailleurs, je reviendrais peut-être sur ma décision, et je vous raconterai sans doute ce moment fort en émotion quand je le sentirai.

  • L’homéopathie, c’est top MAIS ça donne soif

L’homéopathie m’a aidé en fin de grossesse à maturer mon col et je pense que cela à jouer sur l’arrivée de Bébé un petit peu en avance sur son terme. MAIS là je parle de l’homéopathie qu’on m’avait prescrit pendant le travail. L’homéopathie est très sucrée et personnellement ça me donne soif … Problème : en salle d’accouchement impossible de boire un grand verre d’eau ! Et voila comment se retrouver avec la bouche pâteuse pendant 6h !

  • Goûter son brumisateur

La suite logique de mon 1er point ! Vu qu’on ne peut pas boire, on nous propose de « boire » au brumisateur – rien que ceci est une blague non ?. En tant que bon élève, j’avais pris MON brumisateur dans mon sac et hop ni une ni deux, voilà Monsieur en train de me brumiser la bouche … SAUF que le brumisateur que j’avais choisi – URIAGE pour ne pas le citer – est clairement DÉ-GUEU-LASSE ! Donc oui, goûter son brumisateur avant en le choisissant n’est pas si déconnant que ça – essayez de faire ça discrétos dans la parapharmacie, on risque de vous prendre pour une dingo sinon.

  • La boite à Papa

On en a parlé ici, elle a clairement eu le succès escompté. En plus de l’effet de surprise du Papa quand vous lui annoncez de prendre aussi ce carton emballé de papier journal « QUOi!?! Mais c’est quoi ? » et toi tout en contractant tu réponds juste « Réfléchis pas ! Prends et conduis jusque la mater ! »

Elle nous a clairement permis de nous occuper, elle a ponctué quasi tout mon travail. Et quel bonheur de voir le sourire du futur papa à l’ouverture de chacun des petits cadeaux – surtout quand tu es sous péri et que tu vois les contractions arrivées et que tu les sens plus.

  • Papoter avec les sages femmes, auxiliaires puéricultrice, anesthésiste, gynécologue

Je suis une bavarde, Monsieur aussi. On adore interroger les gens et essayer de les connaitre un peu plus. Encore plus quand ces personnes-là donneront vie à notre future fille. Avec mon conjoint, nous avons donc papoté avec tout le monde, « voyageant » d’expériences en conseils en anecdotes … Bref on a adoré passé ce moment avec ces personnes qui nous on donnait un peu d’eux alors qu’on était en train de vivre un des moments les plus marquants de nos vies

  • Être disciplinée

J’ai toute confiance dans le corps médical. Donc quand on me dit quelque chose je l’applique du mieux que je peux pour leur rendre la tache plus simple et la mienne aussi par la même occasion.
– On me dit d’attendre de contracter toutes les 5 minutes pendant 2h avant de partir à la maternité. Pas de soucis si c’est toutes les 6 minutes je ne bouge pas – enfin si dans les fait j’ai été prendre un bain pour voir et ça a bien fonctionné je me suis mise à contracter toutes les 3 minutes.
– On me dit d’attendre que le Bébé me gène vraiment pour les appeler pour commencer la poussée. Pas de soucis, j’attend qu’il me gène bien pendant 30min pour m’assurer qu’il ne puisse pas me gêner plus et appeler vraiment au bon moment et gagner des minutes à la poussée
Ca a surpris le corps médical mais au fil des conversations -cf point du dessus- ils ont compris comment je fonctionnais et on a fait une super équipe

  • On éteint son portable

J’allai l’oublier et pourtant je pense que c’est le plus important ! Vivez le moment ! Vous aurez bien assez de temps pour le raconter ensuite à toute votre famille, amis etc !

Voilà pour la partie accouchement. Je vous ferais surement un article sur le même format sur le séjour à la maternité, si cela peu vous intéresser 😉

Et vous vous avez des petits trucs comme ça qui vous a fait vivre un bel accouchement ?

Accouchement-1-610x366

38SA – La boîte à Papa

Nous y voilà !

Dès que j’ai su que j’étais enceinte, je savais que j’allais en faire une. J’avais découvert le concept avec une vidéo de Mariel du Blog de Néroli, et c’est tout à fait le genre de truc que j’adore faire ! Enfin j’ai fini cette petite boite qui pour moi  est importante.

Importante ? Et oui, je suis fan de symbolique et de tralala, j’aime faire des petits cadeaux lors d’événement particulier ! Ces petites choses en plus qui construisent des souvenirs. Et la venue d’un enfant, pour un moment particulier c’est LE bon moment particulier !

Kécecé ?

Résumé rapide pour ceux qui auront pas cliqué sur le vidéo et qui ne connaissent pas le principe.

Une boite à Papa, c’est une box créée par les mamans pendant leur grossesse pour le Papa pour les « remercier » de tout ce qu’ils ont vécus pendant la grossesse et pour ce qui va suivre. A l’intérieur, le papa trouvera des cadeaux sans forcément une grande valeur, souvent plus de symbolique d’ailleurs que financier. Chacune y met un peu ce qu’elle souhaite, il n’y a pas d’obligation, juste de se faire plaisir et observer la surprise de Papa

Ma Boite à Papa

Alors qu’est ce que j’y ai mis dans cette boite à papa ?

  • Tout d’abord un carnet ! Pour ceux qui me connaissent, ils savent que J’ADORE ES CARNETS ! Dans ce carnet, il y retrouvera les résumés des cours de préparation à l’accouchement, un résumé de nos cours d’haptonomie, mon traitement homéopathique durant le travail – dont il sera le garant une lettre de son futur enfant et il aura l’obligation d’y noter les informations importantes tout au long de l’accouchement. Ce carnet deviendra la mémoire de ce jour, un vrai journal de bord
  • Un pochon avec le fameux traitement homéopathique à m’administrer tous les 15 minutes ! Au Boulot !
  • Des gobelets Papa -Maman. En plus de la symbolique prônant notre nouveau statut de nouveaux parents, mon coté écolo s’est exprimé … On va en boire beaucoup de champagne d’eau à la maternité alors autant avoir notre gobelet attitré histoire de pas utiliser 50 gobelets en plastique lors de notre séjour. Et puis en soirée ça fera son petit effet ! Le + : j’ai trouvé le même gobelet au nom de l’enfant, j’ai trouvé le clin d’œil sympa, même si c’est pas pour demain qu’il l’utilisera.
  • De quoi éviter la crise d’hypoglycémie : des Mars et des Smarties, est-ce essentiel que je vous dise que Monsieur aime le chocolat ?
  • Un super magazine plein de jeux d’été, le genre de trucs que j’achète jamais mais qui je suis sure nous servira soit pendant le travail ou pendant mon séjour, faut bien s’occuper l’esprit… Il parait que la douleur est un message, et en étant occupée mon cerveau peut détourner ou atténuer ce message, qui ne tente rien n’a rien. Enfin si Doudou veut bien me le prêtait
  • Une BD clin d’œil, « Le Guide du mauvais Père » évidemment à prendre au 2nd degrés ! J’adore cet auteur dessinateur pour ceux qui ne connaissent pas, foncez de suite découvrir son travail !
  • Un jeu de cartes … Ça peut paraître con, mais oui, nous n’en avions pas et je me suis dit qu’une petite bataille ou un pouilleux en salle de travail, ça sera superbe ! Et puis bon, une famille sans jeu de carte ça existe pas franchement !
  • Des vitamines ! En espérant que l’enfant prenne exemple sur moi qui faisait mes nuits dès mes 10 jours, quel enfant exemplaire je faisais !
  • Et surtout le clou du spectacle : Un tee-shirt « Super Papa depuis Août 2018 » brodé main s’il vous plait Messieurs- Mesdames ! Oui après avoir tricoter une couverture de 60×80 alors que je ne savais pas tricoter … J’ai brodé un tee-shirt alors que je ne savais pas broder ! Vous avez devant vous le fruit de 4h de travail ! Ça me fait beaucoup rire, mais j’adore la symbolique de ce truc-là. Je trouve ça mignon, et même s’il ne le mettra qu’à la maison – c’est pas du grand art, faut l’avouer – j’ai la fierté de l’avoir fait moi-même.

Voilà pour cette petite boite pleine de surprise. Je pense qu’il ne s’en doute absolument pas. Je pense qu’il sera assez surpris quand je vais lui dire de prendre ce gros carton avec lui pour la salle de travail, il va se demander ce que c’est et c’est bien ça le jeu non ?

Et vous ? Des boites à Papa, vous en avez fait ? Qu’est ce que vous aviez mis dedans  ? Comment trouvez-vous mon contenu ? 

37SA – Tu peux arriver quand tu veux !

37SA … Déjà .. en écrivant cet article, je me rend compte à quelle vitesse le temps à filer. On se retourne deux secondes et j’ai l’impression d’être ce 12 décembre .

Le 12 décembre

Ce jour où on a découvert ta présence. Ce jour où le filleul de mon Chéri est né. Dans la soirée, j’annonçais au arrivée dans nos vies à ton futur papa. C’était tellement de bonheur. Le lendemain, nous sommes allés voir les nouveaux parents à la maternité et ils ont eu cette phrase « On a hâte que ce soit votre tour ». Ils ne pouvaient pas si bien dire.

12 jours plus tard nous l’annoncions à nos parents en guise de « cadeau bonus » de Noël.

19 jours plus tard,  nous l’annoncions à nos amis. Et bien oui, un nouvel an sans alcool, ça aurait forcément alerté les copains, alors autant l’officialiser. A ce nouvel an, le champagne a coulé à flot entre la naissance, notre annonce, les promotions au travail et une opération chirurgicale soldée par une très jolie réussite. Le champagne a coulé à flot … Enfin sauf pour moi et mon MayTea, mais c’était remplis d’alcool et de thé de bonheur que nous passions en 2018.

L’acceptation

J’ai mis du temps à me rendre compte que j’étais vraiment enceinte, d’où la création de ce blog d’ailleurs. Et puis, de rendez-vous en rendez-vous, mon ventre se faisant de plus en plus visible, la chambre une fois commencée, les achats se succédant … Pas de doute, un nouvel habitant allait bel et bien arrivé à la maison.

Enfin la Maison … Plutôt dans notre grand appartement. D’ailleurs, depuis ton apparition, Papa n’a plus qu’une idée : Acheter une maison avec un jardin pour te dégourdir les pattes comme il dit. Alors on visite, on visite, on visite … Mais on est difficiles, sur le secteur et sur la superficie … Mais on trouvera.

En attendant, on a acheté un 2nd appartement, qu’on a rénové puis loué, pour commencer à épargner pour tes études si tu le souhaites (oui oui oui, tu as des parents prévoyants – enfin surtout un père prévoyant.)

Le congé maternité

Le temps s’est emballé et puis me voilà en arrêt du jour au lendemain – 10 jours avant l’arrêt pathologique. Heureusement, il a fait beau. Je pense qu’on aurait pas pu faire un plus bel arrêt et congé maternité que celui-ci.

  • Les copines sont en vacances
  • Le marché est plein de saveur
  • Les gens sont souriants
  • Je n’ai mal nul part, tu me laisses donc gambader où je souhaite
  • J’ai fini mon goal de l’arrêt : TA couverture ! Mon 1er ouvrage en tricot et j’en suis pas peu fière
  • J’ai rendu des services, peut-être un peu trop, mais c’est dans ma nature et ca me faisait plaisir.

Ce congé a aussi été très chargé en rendez-vous. Entres les Assistantes Maternelles, les derniers cours d’haptonomie, les cours de préparation à l’accouchement, le transfert de mon dossier dans l’hôpital du coin et la création de ma boite à Papa. Je n’ai pas chômé. Autant de sujets qu’il faudrait que j’aborde ici dans de futurs articles.

37 SA

Et nous y voici, ce lundi, nous commençons notre 37ème semaine. 37 semaines, ça veut dire pas mal de choses ! Mais pour moi ça veut surtout dire que tu peux venir nous rencontrer sans crainte, sans prématurité. Je porte un bébé totalement viable, qui communique très très bien avec ces parents en venant se lover dans nos mains le soir quand on t’appelle vers le bas, t’obligeant à te déplacer et abandonner les sommets car tu adores en te blottir contre mes cotes droites (elles doivent être accueillantes). Parfois tu joues un peu l’effronté, quand tu t’agites devant la future mamie et que tu deviens complètement stoïque dès qu’elle pose une main sur mon ventre pour te saluer.

Après je n’ai pas à me plaindre, jusqu’ici aucune contraction, aucune douleur de dos, tu me laisses vivre ma vie, me déplaçant facilement dans ma bourgade chérie à pied, parfois dans la nuit tu m’invites à me rendre aux toilettes et tu me laisses me rendormir paisiblement.

Tu es en très bonne forme. Tu seras un bébé sans doute assez lourd mais je te rassure, apparemment tu es bien proportionné donc tu ne seras pas « difforme ». Tu es un tellement beau bébé que tu arrives même à faire changer potentiellement d’avis les professionnels du milieu en terme de déclenchement. On a gagné le droit à une 4ème échographie pour vérifier ton poids (prévision de 4,5/5 kg à terme). Ya rien à dire tu aimes déjà avoir des photos de toi, au point de gérer pour en avoir en bonus avant même ton arrivée.Je reste sereine malgré tout ça. Je fais entièrement confiance à l’équipe médicale.

Naturellement ou déclenchée, la rencontre sera belle. Dès cette semaine, je me lance dans l’homéopathie, les carreaux, les tisanes de framboisiers et quelques kilomètres de marche par jour.Nous avons tellement hâte de te rencontrer. Tout est prêt ou presque (faut vraiment que je songe à faire ma valise …).

Papa est en vacances tout le mois d’août, il a fêté dignement son entrée dans le mois de la modération (LE mois où tout peut arriver n’importe quand et où il DOIT pouvoir conduire)

Alors n’hésite pas, viens dès que tu le sens.Et rassures toi, même si tu souhaites attendre la date de ton terme pour venir (soit la veille de la reprise de travail de Papa) on t’aimera! ON T’AIME DÉJÀ! toketos_k_genna_410x225

35SA – Pourquoi je ne pense pas raconter mon accouchement

Et oui, ça approche … Doucement mais surement … Dans 5 semaines, TU seras parmi nous !

Petit à petit, nous préparons notre monde à l’accueillir. On finalise les achats gentiment. Cette semaine, la baignoire et le transat ont pris leur place dans la salle de bain, le cosy arrive dans la voiture, la poussette se gare dans notre salon. J’ai aussi finalisé le coin à langer avec mon mur à couches, liniment et lait bébé …

Bref Mini-Doudou peut arriver maintenant TOUT est Ok ! Cette semaine, on va débuter le sac de bébé pour la maternité, suivra MON sac pour la maternité, un grand grand pas pour moi ! L’armoire et la tapisserie prendront aussi leur place.

Bref Bébé sera bientôt là, et je me suis posée la question : vais-je partager ici mon aventure de l’accouchement ? Dans un 1er temps, je me posais pas la question, c’était un grand oui. Puis j’ai hésité … J’ai pesé le pour et le contre … A vrai dire, j’ai trouvé très peu de « pour », à part le fait que j’adorais lire vos expériences en la matière.

Et puis hier une amie a accouché et a prévenu tout son FB qu’elle était en entrée en salle d’examen, puis qu’elle était en salle d’accouchement, puis de l’avancement du travail En parallèle, le futur papa était en InstaStories. Le tout agrémenté de questions auxquels les deux répondaient et j’ai trouvé tout cela effarant ! Je les imaginais dans la même salle accroché à leur téléphone, chacun de leur coté.

Ça m’a fait paniqué. Et je me suis rendue compte que c’était exactement l’accouchement que je ne voulais pas. A l’opposé, de celui sur lequel on travaille avec le futur papa avec nos cours d’haptonomie où le leitmotiv est « toujours ensemble, on le fait à 3 ».

Cela a engendré une discussion avec le papa, et nous sommes tombés d’accord. Le jour J, personne ne saura qu’on est à la maternité. Notre entourage sera averti uniquement quand notre enfant sera né, parce que nous voulons vivre ce jour J en huis clos. On veut que cette parcelle de temps nous appartienne. Ce moment, on le vivra qu’une seule fois et nous voulons le vivre déconnectés, à l’ancienne, comme au temps de nos parents sans téléphone portable, sans sms ou appels qui viendraient nous embêter dans notre « quiétude » – relative on s’entend bien.

Au-delà, du fait de ne pas partager le moment en temps réel, je me suis rendue compte au fils de la discussion que ce fameux moment m’appartenait mais appartenait également au papa et au bébé et que je ne pouvais pas le raconter sans leur accord. Mon conjoint ne connait pas l’existence de ce blog et donc par ricochet, je ne peux pas vous partager le fameux moment.

Mais cet accouchement sera raconté dans un cahier. Un cahier qui se trouvera sans doute dans une Boite à Papa – on en reparle très vite. Ce fameux cahier sera notre fil rouge pour ne pas perdre pied sur le moment M. Il y est noté comme un aide mémoire : nos positions d’haptonomie, ma prescription d’homéopathie et un petit mot pour expliquer au papa qu’on s’apprête à changer de vie et que je compte sur lui pour tout noté. A l’ancienne…

Ce sera notre moment, notre intimité, notre ressenti. Chaque accouchement est unique. Alors mon accouchement sera consigné dans ce précieux cahier et peut-être qu’un jour sur ce blog, ce récit fera son apparition ici. Ça ne m’empêchera pas de vous dire si ça c’est bien passé ou pas. Mais les détails nous appartiendront … En tout cas pour un bon moment.

Et vous ? Qu’est ce qui vous a partagé (ou pas) ce moment si particulier ?

Pregnant belly and ticking clock in mom's hand

32SA – Et l’hapto ? On en est où ? – Prise de conscience

Je vous en avais déjà parlé lors de mon article pour ma 21ème semaine (bon dieu que ça passe vite) depuis nous avons 5 séances et j’avais envie de vous en faire un petit compte rendu. Je vous avais fait une belle intro sur comment ça fonctionne ? Combien ça coute ? Et surtout je vous avais raconter comment Mini-doudou s’était manifesté à son Papa pour la 1ère fois pendant une séance.

Aujourd’hui, je vous parle de la 5ème séance qui a été riche en enseignement. Alors que les 4 premières étaient vraiment centrées sur Bébé, les tensions que la maman peut ressentir et ce que le Papa peut mettre en oeuvre pour apaiser ou replacer Bébé, détendre Maman et être du coup vraiment acteur. Cette séance a été un peu une mise à l’épreuve.

On rebat les cartes

C’est bien jolie, ces manipulations que nous faisions maintenant les doigts dans le nez, quand j’en ressens le besoin, ou quand Papa veut jouer avec Mini. On se disait que le jour de l’accouchement ça nous servira bien. On n’avait pas tout à fait tord – enfin je pense vu que j’ai pas encore accoucher, 32SA je vous le rappelle – mais la séance de cette semaine aura remis les choses en place en nous rappelant qu’un rien peut venir chambouler les choses et que l’accouchement est encore dans 2 mois.

Alors cette séance ?

Nous arrivons donc comme d’habitude, assez sereins. la grossesse se passe bien et nous avons bien mis en pratique – même si avant chaque séance on se dit qu’on devrait en faire plus souvent à la maison, mais comme j’ai peu de tensions, actuellement l’hapto c’est surtout pour « jouer » « communiquer » avec Mini-Doudou.

Notre sage-femme nous accueille toujours avec ce sourire et cette douceur qui lui sont propres, un bonheur cette femme ! Et elle nous explique qu’aujourd’hui nous allons être mis en condition. Nous allons faire de l’haptonomie avec un monitoring de branché.  On garde notre sérénité.

Elle place les électrodes. Avec le futur papa, on se regarde complice « Facile ! » Et Claudie allume le monito et là patatra!

On est obnubilés par ces bip, par cette machine qui affiche des chiffres et qui fait un vacarme pas possible. Un chiffre monte en flèche : c’est Bébé ! Et là, Claudie intervient :

Et voilà ce qu’il se passe quand on arrive pour accoucher et qu’on y connait rien. Vous êtes connectés en arrivant et dès qu’on branche les machines, il n’y a plus qu’elles qui existent, on en oublie Zouzou qui sent bien que Maman s’interroge et le coeur s’affole

On s’en ai même pas rendu compte, jusqu’à ce qu’elle nous fasse la réflexion, on était plus ensemble, on était dans la même pièce mais plus connectés tous les 3. Chacun s’interrogeant de son côté.

Heureusement Claudie reprend la main, et nous guide, déjà en nous montrant comment baisser le son de la machine sans interférer sur l’examen en lui-même. Et puis, les gestes reviennent doucement d’abord entre les électrodes et puis par des trucs-astuces. Doucement la connexion revient entre nous trois, le coeur de bébé va mieux et  on regagne en sérénité.

Le reste de la séance se passe comme sur des roulettes, avec des positions allongées, debout, assises, bref plein de nouvelles choses à mettre en pratique.

En conclusion

Je crois que c’est ça que j’attendais de l’hapto. Des apprentissages, un papa acteur et des mises en condition. Sans cette séance et sans ce monito qui nous a déconnecté, je pense que quand le moment est vraiment là, personne est juste à coté pour vous dire « Eh les gars vous vous êtes perdus ! Vous allez vivre le moment chacun de votre coté, pas ensemble ».

Claudie nous a donné une vraie leçon qu’on est pas prêt d’oublier et qui nous a fait faire un pas de géant en avant en terme de prise de conscience.

L’HAPTONOMIE, c’est être ensemble et quelque soit les éléments perturbateurs : ne pas oublier nous unicité !

Merci pour cette belle leçon.

La prochaine séance c’est sur l’arrivée de Bébé : gestion de la douleur et les 1ers gestes de connexion avec Bébé dans notre monde ! On se languit déjà ! Vous voudrez un point également ?

haptonomie_5850987

« On aura tout vu … » #AnecdoteFemmeEnceinte

Vendredi dernier en revenant du travail, le Chéri m’appelle et me demande un service :

« Doudou, peux-tu passer prendre un fût de bière pour demain midi ? »

Par « demain midi », comprendre le match France-Australie à la maison avec tous les copains ! Donc oui, il faut un fût de bière pour mettre dans la fameuse tireuse qui les « hydratera » durant ces 90 minutes (105 avec la mi-temps) !

Comme je suis une super gentille chérie, je m’arrête au supermarché, attrape le fameux fût de 5 litres et je me dirige vers les caisses. Il faut savoir que même enceinte je ne vais pas particulièrement aux caisses prioritaires, pour ce coup-ci j’ai pris la caisse la plus proche du rayon et de la sortie pour ne pas porter trop longtemps les 5-6kilos.

Devant moi, une petite dame de 70 ans. Curieuse de savoir qui arrivait derrière elle, elle se retourne, me regarde de haut en bas, se retourne et lâche bien fort :

« On aura tout vu ! Maintenant, les femmes enceintes boivent de la bière »

Je prend sur moi, je n’ai pas envie de me justifier. Je garde le sourire. A quoi bon engager le dialogue ? Je n’ai ni le temps, ni l’envie ! Je sens quelques regards sur moi. Peu importe je sais que je suis droite dans mes bottes, ce fût de bière, je n’y toucherai pas !

Viens mon tour de payer. Je vois le regard de la caissière, je lui adresse un sourire et un bonjour. J’attend un peu de soutien et là, surprise ! Elle ajoute :

« Enfin même si vous ne la buvez pas, c’est bien trop lourd dans votre état, c’est vraiment pas sérieux ! »

O_O

Je suis effarée ! La caissière enfonce le clou du jugement en public ! Comment peut-elle porter un jugement sur mon état physique et sur ma santé ? Si je suis là et que je le fais c’est que je considère que je suis en capacité de le faire !

L’anecdote est anodine. Et même si sur le moment je me suis dis que je n’allais pas répondre parce que je n’ai pas à me justifier auprès de ces personnes, j’aurais quand même bien répondu quelques choses avec le recul ! Tanpis !

Ce fût est arrivé à bon port, il a bien hydraté les supporters, la France a gagné ! N’est-ce pas ça la vie ? Les copains, les sourires, les bons moments …

Et vous ? Avez-vous déjà eu affaire à ce genre de remarque ?

6b5da72501ffa668c9ceb582ff219

 

 

L’étendoir à linge – « T’inquiète, c’est les hormones »

Ce week-end, je me suis surprise ! Je crois que pour la 1ère fois depuis ma grossesse mes hormones m’ont jouées un tour

Je suis devenue folle pour une histoire étendoir à linge ! Je ne me suis pas reconnue !

Alors qu’on rentrait d’un super week-end en thalasso – thalasso organisée par surprise par le Chéri – je décide de lancer une machine à linge. Geste complétement anodin dans le quotidien.

Une petite sieste plus tard, la machine était terminée et je demande à mon chéri de bien vouloir l’étendre – mon ventre commence à être bien présent et ma sage-femme m’a demandé d’éviter les gestes répétitifs qui peuvent intervenir sur cette zone, j’en profite un peu, j’avoue ! Le chéri s’exécute – il est vraiment au top entre la surprise et l’étendoir.

C’est alors que je décide de faire mon inspectrice des travaux en cours et là, horreur ! Je vois le linge étendu certes, mais l’ordre n’a ni queue ni tête, on trouve des tee-shirts, là où je mets les pantalons d’habitude, les pantalons au milieu qui empêchent du coup d’étendre sur le niveau en dessous, les dessous essaient de se faufiler entre tout ça. Et évidemment, quelques vêtements restent dans la machine faute de place

Mais qu’est ce que tu as fait ? Tu as fait n’importe quoi ? Je t’ai déjà montrer comment l’étendre pour que ce soit plus simple à plier et plus optimiser pour pouvoir mettre tout ? Si tu étends comme ça quand Mini-Doudou sera là, tu mets où les bodies, pyjama etc ???

Bref je pète littéralement un plomb, j’en ai les larmes aux yeux, ça m’agace ! J’ai envie qu’il refasse en fonction de MON plan et pas comme bon lui semble. J’ai pas envie de reprendre la main – Comment on va faire quand je pourrais vraiment plus rien faire et qu’il devra se débrouiller seul ?

Mais non, lui ça a pas l’air de trop l’embêter?. Il n’a pas conscience de la CATASTROPHE qui se trame – n’ayons pas peur des mots ! Il me regarde gentiment en me disant qu’il n’y a pas mort d’homme, que le reste des vêtements seront juste de nouveau dans la machine à venir et qu’il tiendra compte de MON organisation sur la prochaine machine.

Je regarde à droite : l’étendoir, à gauche : le chéri qui m’invite à m’asseoir dans le canapé afin de regarder la suite de « La Casa De Papel » …  Quel dilemme !

Je craque, je refais intégralement l’étendage des vêtements ! En 3 minutes, c’est réglé – Ouf sauvée ! Je suis agacée pour la soirée, j’en ai gros sur la patate … Tout ça pour un étendoir à linge ! WTF !

Y a rien à dire je suis enceinte …

Et juste avant de m’endormir, Monsieur remet une couche et me taquine sur ce nouveau TOC qu’il a découvert …

Grrrrrrrrr ! Je vous jure que la prochaine fois qu’il ne range pas correctement le linge sur l’étendoir je lui fait manger une chaussette – sale évidemment !

linge1