Mes Astuces de Jeune Maman #AJM1

En 7 semaines de Maman, j’ai appris quelques petites choses qui me facilitent la vie. J’ai envie de vous les partager. Comme d’habitude, ces petites astuces je les ai mise en place avec Pantouflette qui est de nature très calme, elle n’a aucun soucis de reflux, elle fait ces nuits. J’ai énormément de chance et j’en suis bien consciente.

  • Je me lève comme pour une journée de travail.

C’est-à-dire avant que Pantouflette ne se réveille. Si je me lève à son signal, je suis bonne pour rester dans le canapé avec Pantouflette contre moi jusque 11h, en pyj, pas lavée, pas alimentée, les cheveux en bataille.

Donc, je préfère me lever tranquillement, je prend ma douche (gros moment de bonheur en me savonnant avec le dop Chamallow – noté « Bon » par Yuka grosse surprise hein), je m’habille et je sirote mon thé en attendant que la princesse m’appelle.

  • Je prépare ma journée de biberons.

Je pré-remplis mes biberons de mes 150ml d’eau, je prépare ma boite doseuse pour la journée. Pantouflette n’a qu’à demander, en 2 temps 3 mouvements, le biberon est là prêt à déguster.

Je gagne aussi en sérénité, je suis sure de mon nombre de dose de lait. Que la maman qui ne s’est jamais demandée si elle avait mis 4 ou 5 doses de lait dans son biberon, me jette la 1ère pierre. Et personnellement, avec cette astuce je met moins de poudre de lait partout #Economie

  • J’essaie d’apprendre la différence Jour-Nuit à Pantouflette

Le jour, je l’habille dès son biberon de 10h00/30 et je donne le biberon dans le salon. La nuit, elle est en pyjama dès 19h30/20h et le biberon se prend dans la chambre.

Depuis que nous avons mis cette astuce en place, Pantouflette se rendort de suite après son biberon nuit. Par contre elle reste bien éveiller après un biberon jour. Et elle arrive mieux à faire ces nuits – 21h/7h30-8h et se rendort jusque 10h.

  • Une balade par jour !

En poussette ou en porte-bébé, on prend notre dose d’oxygène et de découverte, au moins une fois par jour. Ca nous donne un enfant très calme et très curieuse de la nouveauté. Souvent en bonus, elle s’endort 😉

Et ça fait du bien au moral, en bonus on fait le plein de vitamine D avec le beau temps que nous avons.

  • J’ai mis en place une routine « anti-pleur »

Dès que Pantouflette pleure, je fonctionne toujours de la même façon :
-Je propose le biberon
-en fonction de l’heure du dernier biberon,
-Je change la couche, -Je fais un câlin.

Généralement, à tous les coups on gagne. Le câlin, c’est vraiment le super joker. La seule chose que le câlin ne calme pas, c’est la faim – en tout cas pour Pantouflette.

  • Je lui apprend à écouter.

Quand Pantouflette est sur son tapis d’activité ou dans son lit et que je sens que le pleur n’est pas loin. Je vais d’abord aller à ces cotés pour la rassurer :
-Je lui parle
-Je lui tiens la main
-Je lui caresse l’arête du nez

Et bien sur quand les pleurs arrivent, je la blottis contre moi pour qu’elle prenne son « shoot » de mon odeur !

Et vous ? Vous avez des astuces pour organiser votre journée et bien profiter de votre bébé ?

kill-todo-list-670x335

Publicités

Ces choses dont je m’attendais pas après mon accouchement

Je pense que c’est le bon moment pour parler de ce qui m’a surprise durant ce mois. Alors j’annonce de suite, les points qui vont suivre ne sont que mon humble avis, nous sommes toutes différentes et chacun vit les choses à sa façon. Pour ceux qui me suivent depuis quelques temps, vous connaissez un peu ma philosophie : je prends les choses telles quelles viennent, j’essaie de prendre dans toutes les situations le positif. Et vous savez aussi que j’ai eu une grossesse très cool, un accouchement sympa et un papa très présent dans ce 1er mois – il n’a repris le travail que lundi dernier.

  • On saigne oui, mais pas tant de temps que ça

On commence par le plus glam ! Personnellement, je m’attendais à saigner plus mais moins longtemps. Et encore apparemment je suis une chanceuse les saignements se sont arrêtés environ 3 semaines après, avec une grosse « accalmie » au bout d’une semaine et demi. J’ai utilisé les grosses serviettes uniquement à la mater – et ça m’a bien suffit !

  • L’épisio c’est plus douloureux à la maison qu’à la mater

A la mater, j’étais trop happy ! Moi avoir mal, pfff non non non, tout roulait. Par contre en rentrant à la maison, le désenchantement ! J’étais ravie de voir la sage-femme du PRADO deux jours après ma sortie ! Help meeeeeeeeeeeee ! Sa solution : anti-inflammatoire, doliprane et cicalfate pour cicatriser. Perso, je mettais le cicalfate au frigo pour encore plus de « bonheur » à l’application !

  • La montée de lait

Idem, à la mater, nickel ! Une montée de lait ? Non non non que dalle. En arrivant à la maison, je crois que Miss « Montée de lait » a fait un pacte avec Mme »L’épisio » en arrivant en même temps que les douleurs. Et encore j’avais de la chance, oui mes seins ont triplé de volume, oui ils étaient en béton, oui ils étaient chauds comme une baraque à frites MAIS je n’avais pas mal ! Encore une fois, la Sage-femme du PRADO m’a sauvée ! Sa solution : massage sous la douche, matin et soir, en cercle sur les zones dures et si ça perdure cataplasme de choux.

Je n’ai pas été jusqu’à acheter le choux, je n’avais pas assez de douleur pour m’infliger de sentir le choux toute la journée. Par contre, je remercie la montée de lait, car je sais maintenant que je ne me ferai JAMAIS une augmentation mammaire !

  • Se lever en pleine nuit avec la plus belle des motivations

Chez moi, le sommeil c’est sacré ! Je peux m’engueuler avec mon copain parce qu’il n’a pas respecté mon « petit train du sommeil » en arrivant bruyamment dans la chambre. Cette époque est clairement révolue ! Je me lève facilement à 4h du matin -j’ai de la chance c’est plus souvent 5h30/6h30- pour donner le biberon à ma Pantouflette et me rendormir avec le sourire. Jamais j’aurais pensé que me lever la nuit serait aussi « facile » -je garde les guillemets quand même hein, j’apprécierai quand elle fera de vraies nuits.

  • Retrouver des liens avec des personnes

J’avais fait une liste de naissance, que j’ai partagé sur FB car on me la demandait. Et bien, j’ai été étonné de voir des personnes dont j’aurai jamais pensé m’offrir un petit truc qui s’y trouvait. Du genre mes ex-beaux-parents – je savais qu’on étaient en bon terme mais pas à ce point là, ou un ancien collègue que j’avais embauché 4 mois avant de partir de la société à qui j’avais donné sa chance.

Ça fait plaisir. Je fais partie de ces gens qui aiment bien parfois repenser à des situations ou des personnes et qui se disent que ça sert à rien car ces personnes elles ne pensent plus à vous … Et bien, grâce à cette liste de naissance, je sais qu’ils pensent toujours à moi et en bien en plus. Ça fait chaud au cœur.

  • Le renforcement de notre lien avec le papa

Notre relation a toujours été bonne – avec quelques hauts et bas comme partout – mais la naissance de Pantouflette a ajouté un truc. Un je-ne-sais-quoi qui rajoute une flamme en plus, un émerveillement. J’ai l’impression d’être encore plus amoureuse. J’ai encore plus confiance en nous. Je sais que je peux lui faire confiance quand je suis fatiguée et le voir s’occuper de sa fille me fait fondre. On a le plus beau bébé du monde -forcément- et on l’a fait ensemble !

  • Garder ce petit ventre … l’adorer … et le perdre rapidement derrière

Et oui, nous ne perdons pas notre ventre dès la sortir de bébé et ça c’est bien de le savoir avant. Ça évite de paniquer, de relativiser certaines paroles et d’accepter doucement que bébé est maintenant à coté de nous.

Je vous conseille le livre dont j’ai fait une petite chronique « Mon corps après Bébé » pour bien gérer la remise en place de vos organes -c’est important et parfois on en prend pas la mesure dans notre société de WonderWoman.

Personnellement, je fais partie des chanceuses qui entrait dans leurs pantalons d’avant grossesse 7 jours après l’accouchement. Mais je vais vous avouer que je me trouvais plus jolie dans certaines robes enceintes que maintenant. Une certaine nostalgie me guette …

Et vous qu’est ce qui vous a étonné dans cet « après-accouchement » ? 

kill-todo-list-670x335

Wonder Achat : La ceinture de grossesse

tummy-tucker-belly-helper-schwangerschaftsguertel-xs-bis-groesse-34-nude-beige-b_3

La découverte

Personnellement je l’ai découverte ce week-end ! J’étais en soirée chez une amie qui a accouché en décembre et je lui disais que je vivais très bien ma grossesse, mais qu’il était vrai que mon ventre pouvait commencer à me peser en fin de journée. Et là, elle m’a proposé de tester sa fameuse ceinture de grossesse !

Dès que je l’ai posé, la magie a opéré ! J’ai directement été soulagé. Pour être claire, je la lui ai piqué, après tout elle n’en a plus besoin.

Késako

La ceinture de Grossesse est faite pour trois choses :
– Nous aider à porter notre ventre
– A soulager notre dos en repositionnant notre bassin
– Agir sur les muscles profond

Bref elle permet donc de maintenir notre tonus et de protéger notre périnée.

Attention : ça n’a rien de « fashion », ce n’est pas un bandeau de grossesse que vous pouvoir mettre sur les vêtements, pour faire « joli ».

La ceinture de grossesse s’achète en pharmacie, les prix varient de 10 à 40€ et comme les bas de contention, elle est prise en charge par la sécurité sociale si vous avez une ordonnance.

Conclusion

Je vais continuer à la porter en fin de journée afin de me soulager. J’ai un peu peur qu’en la portant tout la journée, je me démuscle. J’en reparlerai donc à ma sage-femme lors de mon prochain rendez-vous afin qu’on affine ensemble son utilisation et voir si la forme me correspond bien (il existe beaucoup de modèles)  .

En tout cas, je pense que ça gagne à être plus connu et utilisé.

Et vous ? Vous en aviez une ? Ça vous tente ?

 

Wonder Achat : le sac à langer

Un essentiel pour moi : le sac à langer.

J’avais envie que ce soit l’un de mes 1er achats afin de pouvoir le remplir au fur et à mesure. C’est bête mais je visualiserai l’avancement de ma grossesse au fil de son remplissage – toujours dans cette idée d’avancer dans ma tête : Oui je suis enceinte, je vais être Maman !

Je me suis donc lancée une grande étude de marché, j’ai questionné ma mère, mes copines, les vendeuses. J’ai aussi lu des blogs, des avis des différents sacs que j’avais pré-sélectionné.

Voici ce que j’ai retenu :

  • Il faut qu’il y ai de l’espace (mais pas trop afin de ne pas y laisser une épaule)
  • Il faut des poches, pour bien organiser l’intérieur (tout trouver en un tour de main)
  • Il faut le tapis à langer intégré (ils le font quasiment tous)
  • Il faut des poches avant pour mettre son « bordel de parents » : clés, portable, papier
  • un tissu facilement lavage est conseillé (il va quand même être trimballer partout)

J’en avais repéré plusieurs, notamment le « Frankie » de Babymel. Mais pour tout vous dire, j’en avais quand même un en tête. Le Béaba Genève 2, avant même de commencer mon étude. C’est celui que ma fameuse copine a (avec qui j’ai partagé l’aventure des poussettes). Il est donc testé et approuvé par une très proche copine avec qui nous partageons le même mode de vie. Elle l’a en bleu pour son petit garçon. J’ai décidé de le prendre en gris pour qu’il n’y ai pas de possibilité d’échange en fin de soirée – toi même tu sais.

sac-a-langer-geneve-ii-beaba

Qu’est ce qu’il a de plus que les autres ?

  • Il répond à tous les critères que j’ai soulevé au-dessus. C’est déjà un bon point.
  • Il est neutre, pour une fille ou un garçon parfait. S’il survit à notre 1er, il pourra servir à nouveau
  • Il est neutre pour Papa et Maman, c’est nickel et oui parce que papa va aussi ce le trimballer alors autant qu’il le trouve joli également
  • Il a une pochette détachable ! Et c’est ça le gros plus, car pour les petites sorties genre le pédiatre : le carnet de santé, une couche, des lingettes et un biberon, ça passe. On peut même y ajouter un livre ou un petit jeu. Et c’est son gros plus !

Bon il représente un certain coût (75€ dans la plupart des magasins, 65.60€ avec la carte Orchestra) mais je me dis que c’est un achat qui dure. Il y a de bon échos, je l’ai vu, revu, la qualité est au rendez-vous.

Je vais devoir prendre mon mal en patience, ils sont en rupture de stock, le réassort est prévu pour fin mai. Vu que mon terme est en Août, je suis large. J’ai déjà hâte d’y fourrer les 4 pyjamas que j’ai acheté la semaine dernière (on en avait besoin pour nos photos Mois/Mois).

Comme toujours j’attends vos retours et vos conseils, et pourquoi pas la référence de votre sac à langer Chouchou 😉

A très vite !

-Caro-

22SA – Au royaume des poussettes, l’Aventure !

La poussette ! Le symbole de la maman par excellence en société !

64301294

On est samedi, une amie me propose de l’accompagner dans le temple de la puériculture du coin car elle souhaite changer – déjà – sa poussette qu’elle juge trop lourde. Elle est maman depuis décembre, son coco fait déjà 7kg et il commence à peser dans sa Jané Trider achetée d’occasion.

Nous voilà – une nouvelle maman et une future maman – dans le paradis de la poussette, pas moins de 60 modèles exposés s’offrent à nous. On sait qu’on en a pour un moment, alors on demande de suite à une conseillère de nous aider (même si la maman de 4 mois connaît l’endroit comme sa poche)

Le cas de la copine

Elle est au taquet, elle sait exactement ce qu’elle souhaite : une poussette qui passe en cabine d’avion qui pourrait accueillir un cosy pour le futur 2ème.

Actuellement, son petit bout de 3 mois est d’un très bon gabarit et lui fait haïr la nacelle et cosy qu’il faut porter à bout de bras. Elle aime sa poussette pour le confort, mais clairement elle prend trop de place dans son coffre de citadine et la lourdeur du châssis la rend pas très malléable en ville. Son point fort est certes qu’elle est adaptée aux longues balades, mais la copine aime les sentiers accidentés du bord de côtes et du coup, elle passe rapidement en porte bébé.

Voici donc le trio gagnant :
La Babyzen Yoyo : La star des ultra compactes, la plus médiatisées aussi, et comme si ça allait de paire : la plus chère. Comptez 389€ pour le châssis, 200€ le pack naissance, 60€ le pack +6mois. Le top, ce sont tous ces accessoires qui la rende personnalisable à souhait.
La Pockit de GB, la tenante du titre Guinessbook, c’est la plus compacte une fois pliée (elle rentre dans un – grand – sac à mains). Elle est aux environs des 200€. Par contre, c’est pas le grand confort, il n’y a pas de position allongée, elle servira plus en poussette d’appoint quand l’enfant marche déjà bien.
La XS de Périclès, ma favorite ! Je trouve qu’elle allie le confort, le compacte avec un prix correct, on la trouve autour de 229€ et elle peut recevoir également un cosy en achetant les adaptateurs adéquats.

Pour en avoir parler à nouveau ce week-end, (notre virée était la semaine passée), elle optera pour la Mountain Buggy Ultra Compacte Nano.

Je vous mets un lien sur un top 10 de poussettes qui conviennent également au voyage  😉

Mon cas

Alors clairement, je suis l’inverse de ma copine. Je ne sais absolument pas ce que je souhaite, je n’ai encore pas mis un nez dans le sujet. Ça tombe bien, la conseillère qui est déjà avec nous depuis une petite heure est patiente et se lance donc à l’assaut de ma problématique.

Le contexte : Doudou et moi avons des coffres assez grands donc le critère « compact » ne sera pas le 1er pris en compte. Par contre, j’habite en appartement, j’ai 2 étages à monter (et à descendre), donc le poids aura son importance. Nous ne sommes pas de grands marcheurs, mais le confort de la poussette est important car je pense que Bébé passera un peu de temps à regarder Papa sur le terrain de foot et Maman dans la carrière à cheval. Ma ville est pavée, de bonnes suspensions seront donc essentielles !

Voilà les bases sont posés, on va pouvoir bosser !

Naturellement, on se dirige vers le traditionnel trio.
– La Stella de Bébé Confort,
– La Citylife de Recaro
– Une Peg Perego

J’oublierai rapidement le modèle de la Peg Perego, j’arrive pas à retenir son nom, elle me fait pas particulièrement vibrer. La Recaro, oui pas mal. Mais je tombe en amour du look de la Stella de Bébé Confort.

Bien sur nous montons, remontons, déplions, on tire le siège pour mettre la nacelle, puis le cosy, puis le hamac et puis nous testons les positions en face de maman ou face au monde … Et hop un nouveau critère, je souhaite que ma poussette puisse faire les deux !

Je me vois déjà avec cette superbe poussette sur les quais de ma ville !

Et l’histoire aurait pu s’arrêter là !
Mais non, mon cerveau reprend alors la main !
« Hop hop hop, tout le monde semble oublier les 2 étages »

Mais oui, la nacelle et le cosy sont lourds … Oui mais c’est pratique … Mais ça ne dure qu’un temps.
-La nacelle, c’est cool tu laisses dormir ton bébé mais tu la remplaces rapidement par le lit parapluie et puis en voiture c’est pas conseillé à cause des chocs latéraux.
Le cosy, c’est top pour la voiture mais on ne laisse pas bébé dormir dedans et puis tu le remplaces aussi par un siège auto.

Viens alors LA poussette, MA poussette !

La Bugaboo Bee 5 !

Une citadine, sur laquelle on adaptera un nid d’ange préformé. On lâche complétement le Trio, on investit de suite dans un lit parapluie, et dans deux sièges auto. Pour les étages, on aura un super porte-bébé et comme elle est assez compacte elle pourra rester dans le coffre de la voiture ou dans l’appartement elle ne pèse « que » 8kg » ce qui est correct par rapport au combo Chassis/Nacelle-Cosy-Hamac d’un trio – et on aura pas à entreposer le cosy, le siège ou le hamac quand ils ne seront pas utilisés, il faut aussi penser à ça !

Elle est personnalisable à souhait, propose la vue Maman/Monde, a de bonnes suspensions, une possibilité d’allonger en totalité le hamac, compacte et pas trop lourde. Elle répond à tous nos besoins ! Ce n’est clairement pas la moins chère mais elle me plaît. L’amoureux l’a validé (je suis passée la lui faire valider après notre séance d’hapto).

Je vous la montre.

 

Bien sûr, elle n’est pas encore commandée, j’ai encore un peu de temps devant moi. Je suis ouverte à toute remarque de Maman expérimentée qui passe par là, si j’ai oublié de prendre en compte un point qui vous semble important. Je prend aussi les retours si vous utilisez ou si vous avez croisé la route de cette fameuse Bee5.

Conclusion

La pauvre vendeuse a du plier et déplier une 20aine de modèles, passer 2h30 avec deux jeunes femmes pleines d’entrain, mais n’a vendu aucune poussette …

Je salue sa gentillesse, son écoute et son sourire, a aucun moment je l’ai senti frustrée ou à regarder ailleurs pour chopper de nouveaux clients plus à même d’acheter. Franchement, très pro et ça donne vraiment envie d’y retourner dans cette Mecque du Bébé.

On a passé en tout cas un très bon moment entre copines, et nous avons rejoint nos copains à la terrasse d’un café, très heureux eux d’être passés à coté de ces 2h30 d’étude de marché.


Aujourd’hui, lundi 16 avril : commission pour la place en crèche.

On croise tous les doigts !


16SA- Les Gens #1

La grossesse et la pression sociale !

Aujourd’hui on va parler juste des gens qui se permettent de donner leur opinions sur ta grossesse. Quoi de mieux qu’un bon dîner entre amis, famille ou collègues, pour que tout le monde fassent ces petites remarques agaçantes (que ces personnes fassent partie ou pas de ton cercle proche.)

 Personnellement, j’essaie de suivre les conseils de ma gynéco. Mais ça ne plaît pas à tout le monde, surtout à ceux qui n’ont pas évolué dans leur tête et/ou qui pense juste que je suis une chieuse psycho-rigide qui respecte les recommandations qu’on lui donne.

Cas 1 : L’Apéro

  • Tu prends quoi à l’apéro ?
  • En soft tu as quoi ?
  • Oh ça va  ! C’est pas un petit verre de vin qui va faire du mal
  • Non mais un jus de fruit ira très bien
  • Oh j’ai bu du champagne pendant ma grossesse et mon bébé allait bien. Faut arrêter avec tout ça !

En quoi on est obligé de boire un verre d’alcool à l’apéro ? Pour moi, un apéro c’est un bon moment entre amis, famille, collègues et avec cette réflexion, la personne vient de casser mon plaisir pour les 10 prochaines minutes. Il est déconseillé de boire de l’alcool, j’ai envie de suivre les recommandations de mon médecin, je fais bien ce que je veux. Je n’ai pas envie de me dire s’il y a un soucis « et si je n’avais pas bu ce verre ? ».

Ce sont les mêmes personnes qui te propose un cocktail alcoolisé alors que tu es sous traitement médicamenteux et qui te disent « oh c’est bon tu es en fin de traitement, fais la fête ça va te détendre et te faire du bien »

Cas 2 : Le Repas

  • Alors qu’est ce que tu nous a fait de bon  ?
  • Alors ça sera : charcuterie, Cote de boeuf/ Frites, puis plateau de fromages et un tiramisu maison
  • Super. Tu pourras juste bien me cuire ma tranche de cote de boeuf
  • Mais ça va pas, c’est un sacrilège. Olalalala faut arrêter avec la toxo et la listériose. Moi je m’embêtais pas avec tout ça et tout c’est bien passé. Lutter contre la frustration d’un bon pâté je suis sure que c’est encore pire !

Alors là, je ne comprend pas. Quand j’invite des personnes chez moi, j’essaie d’adapter le repas en fonction de ces goûts alors pourquoi ne pas faire pareil quand on invite une femme enceinte ? Ça ne demande pas une énergie monstre.

Oui, il y a 50 ans, près de 80% des femmes étaient immunisées pour la toxo, tout simplement parce que les modes de vie ont évolués, aujourd’hui nous sommes que 35% à être épargnées. Malheureusement, je ne fais pas parties de ces chanceuses. Alors certes le taux de contamination de listériose est passé de 25 à 13% en 15 ans … mais cela n’empêche pas de faire attention.

Si ton délire enceinte était de braver les interdits, moi je préfère y faire attention. Chacun son petit plaisir mais je te laisse tranquille, donc fais-en de même !

Cas 3 : La Cigarette

  • Bon vu que tu es enceinte, je vais fumer dans la cuisine
  • Ok

Cuisine dont il ne ferme pas la porte et qui se trouve au final a 3 mètres de toi, mais comme tu n’es pas chez toi… Et bien tu fais profil bas. Mais tant que notre ami fumeur a l’esprit tranquille et sa bonne conscience.

Le pire, c’est quand on ne te demande même pas si ça te dérange, on s’allume une clope et quand tu montre ton dégoût, on lève les yeux au ciel.

Mes Astuces :

  • J’amène mes Tourtel à l’Apéro
  • J’essaie de me renseigner sur le repas avant d’aller manger
  • Je feinte les fumeurs en me positionnant à coté du une fenêtre (que je pourrais ouvrir lors d’un dîner à risque).

Voilà quelques situations vécues … Oui, on est pas malades lorsque nous sommes enceintes. Mais chacune a le droit de vivre sa grossesse comme bon lui semble. Chacune a ses besoins, ses craintes, ses envies. On apprend à prendre des décisions pour notre futur enfant et si cela ne plait pas à l’assistance et bien ce ne fait que de commencer car  la question de l’éducation viendra que bien assez tôt.

On se détend, on s’adapte, on prend de la distance et on profite de sa grossesse comme on l’entend.

bf2aa2afb593982ebb9d654e7e4d8f9f