Moi, Maman

Ma passion et ma reprise de l’équitation.

Attention de ne pas reprendre trop tôt !

Finis bien ta rééducation du périnée hein, c’est important !

Mais tu n’en as pas besoin tu as déjà tout reperdu, si ce n’est plus !

Voilà ce que j’ai pu entendre durant ces 8 derniers mois … Et c’est entré par une oreille, sorti par l’autre. Je fais bien ce que je veux et la frileuse que je suis n’avais aucunement envie de reprendre sous les températures hivernales et encore moins sous la pluie – vous ne le savez sans doute pas, mais oui je suis en sucre – sous la pluie, je fonds !

J’ai eu largement le temps de finir ma rééducation et de me dire que le printemps c’était le bon moment. J’ai aussi eu le temps de m’essayer au yoga avec des cours Youtube, ça n’a clairement pas été une grande réussite, je n’ai pas réussi à être assez assidue. En sport, c’est clair et net dans mon esprit, soit j’ai le déclic et go go go j’en ferai jour et nuit, sinon faut vraiment être derrière moi pour que je ne lache pas l’affaire. J’ai passé l’âge, et donc j’ai opté pour le sport-passion.

Je monte à cheval maintenant depuis une bonne grosse 10aine d’années. J’ai fêté mes 10ans en temps que propriétaire début Avril. Cette jument, c’est la jument de ma vie. Elle a fait ce que je suis aujourd’hui, elle m’a appris à m’imposer, à me faire respecter, Elle m’a donnée confiance en moi, a dépassé mes limites. Je crois même que j’aime plus cette jument, plus que je n’aime l’équitation. Une fois qu’elle ne sera plus là, je ne suis pas sure de continuer. Cette jument, je pourrais en parler pendant des heures, c’est ma partenaire, mon âme soeur, clairement ma meilleure amie, ma confidente. Plusieurs fois, face à mon emploi de temps blindé, j’ai essayé de lui trouver un nouveau cavalier, Elle les a tous fait fuir. Au bout d’un moment, j’ai lâché l’affaire Elle n’est monté que par moi et uniquement moi.

Pendant ma grossesse, il s’est quand même posé une question : Que va devenir ma Trottinette favorite ? Je l’ai bien proposé à des amies, refus catégorique « plutôt mourir que de monter sur ta bombe », « je tiens à ma vie », « même si tu me payais je ne le ferai pas ». Et bien tanpis. Ma Galinette allait rester au repos pendant un temps indéterminé. Elle était donc au repos, en mode « tondeuse de luxe » depuis Décembre 2017 !

Le printemps est arrivé, et mes vacances également. Ni une, ni deux, j’ai appelé mes parents pour voir leur disponibilité pour garder Pantouflette et que moi j’aille respirer l’air d’un peu plus haut. La date a été calé : Mercredi 10 avril !

Je l’avais mon objectif. A partir du moment où cette date avait été posé, j’y ai pensé tous les jours : j’allai remonter à cheval ! Après un an et demi d’arrêt, me revoilà en tenue d’équitation, bombe sur la tête et je vous avoue une grosse pointe de stress.

Comment allait-elle réagir après un repos d’autant de mois ? Allais-je être à la hauteur de ma jument farceuse ? Allions-nous toujours former ce couple qu’on était ? Serions-nous toujours en phase ?

J’arrive donc aux écuries avec un sourire jusqu’aux oreilles. Je vais chercher ma jument, je la prépare. Le lien est toujours là comme si le temps n’avait pas filé. Je lui pose la selle sur le dos, un frisson lui parcours le corps. Je sangle et lui enfile le filet dans la foulée. Je saisis les rênes et direction la carrière ! Let’s go !

Pour plus de sécurité, j’avais demandé à ma prof d’être là. On ne sait jamais … Je suis pas très fan des cours, j’aime bien les têtes à têtes avec ma Tête de linote, mais là on ne sait jamais, ma coach sera là au cas où.

J’arrive au milieu de la carrière, je sens ma jument se tendre, prête à bondir … Je me retourne, et là chose qui ne se produit JAMAIS ! Je dis ma bien JAMAIS ! 3 biches sont en train de traverser les pâtures et se dirigent vers nous. Ça ne loupe pas, une passe à droite, les deux autres à gauche. Je me sens retrouve avec une jument électrique au bout des rênes, heureusement à ce moment je suis encore pied à terre. Quelques minutes plus tard, pas le choix, le cours doit commencer, au risque de mettre les suivants en retard.

La jument tout comme moi, nous sommes encore sous l’émotion. Au moment de mettre le pied à l’étrier, je me rappelle ce que j’ai dis à tous les cavaliers venant essayer de monter ma morue. « Avec elle, quand il y a un doute, il n’y a plus de doute ». Je feins la confiance et GO !

La demi-heure de cours est passée à une vitesse fulgurante ! Nous nous sommes vraiment retrouvées. L’une pardonnant à l’autre, au fur et à mesure de la séance. En descendant, j’ai été frappé par cette sensation de « comme si on ne s’était pas quitté ». C’est presque trop beau pour être vrai. Après quasi un an et demi d’arrêt, ma jument a été comme si je l’avais laissé la semaine dernière. C’est tellement de plaisir de la voir fidèle à elle même, capable du pire comme du meilleur.

Depuis cette reprise, je remonte deux fois par semaine, une fois en semaine et une fois en week-end. Je reprends énormément de plaisir, ce sont mes moments à moi, où je me retrouve, où je ne pense qu’à moi -et à ma jument, je prends l’air, je vois les amis …

Bref, l’air du paradis souffle vraiment entre les oreilles des chevaux.

cheval

 

 

2 commentaires sur “Ma passion et ma reprise de l’équitation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s